Les femmes trainent le pas pour les Inscriptions sur les listes électorales

Elles représentent moins de 40 % du taux de nouveaux inscrits.

Quatre mois après le lancement des opérations de révision sur des listes électorales, Elections Cameroon (Elecam) avait enregistré 99 446 nouveaux inscrits. Soit 60 858 hommes et 38 608 femmes. Le 29 mai dernier, Elecam pointait désormais 119 362 nouveaux inscrits sur l’ensemble du territoire. Tandis que les jeunes âgés de 20 à 35 ans représentaient 87 549 jeunes, soit un taux de 73,34% parmi les nouveaux inscrits, les femmes alignaient un peu plus de 45000. Soit moins de 40% des inscrits. Une tendance confirmée par la récente tournée des membres du Conseil électoral dans les régions. En même temps qu’on salue le grand engouement des jeunes, de l’autre côté, on déplore la faiblesse du nombre de femmes inscrites.

Rencontrées à Yaoundé, de nombreuses potentielles électrices affichent leur désintérêt pour le processus. « Je ne vois pas la nécessité de voter, pour moi le vote ne sert à rien. Même si je ne vote pas, d’autres le feront », affirme Marie-France A, ouvrière à Mvog-Mbi. Mais d’autres jeunes dames estiment que s’inscrire n’est pas une priorité. « Une jeune femme a d’autres préoccupations que de s’inscrire sur une liste électorale», soutient Yvaldine Ekoua Dogmo, étudiante.

A deux mois de la clôture des opérations, le Conseil électoral, réuni lundi dernier au palais des Congrès de Yaoundé a décidé de procéder à la reprogrammation de ses activités. En donnant la priorité à « l’intensification de ses relations avec les autres acteurs du processus électoral, à l’effet d’une grande mobilisation des citoyens en vue de leur inscription sur les listes électorales avant le 31 août 2015 ». Ce jeudi matin, le directeur général des Elections rencontre les délégués régionaux pour leur réunion trimestrielle. Nul doute que le désamour des femmes pour l’inscription sur les listes électorales sera évoqué.