Les femmes handicapées contre la marginalisation

Au cours d’une concertation vendredi dernier, elles ont exploré les pistes de solutions avec les collectivités locales à Yaoundé.

C’est parce que les femmes handicapées continuent de faire face à la marginalisation et à la stigmatisation dans plusieurs secteurs d’activités que certaines sont à la traîne. « Il y a certains postes de responsabilité qu’on refuse de nous attribuer parce que certains responsables  se disent que nous ne pouvons pas les assumer. Pourtant, nous sommes capables de bien des choses et avons des compétences nous permettant d’être indépendantes », confie Atemkeng Maureen Nkoumki, promotrice l’association Lazarus Group of Hope Cameroon. C’est pour trouver quelques pistes de solutions notamment dans l’accès aux crédits, à l’épargne que 20 participantes issues de diverses associations du Cameroun ont échangé vendredi dernier à Yaoundé sur le thème : « Les barrières affectant la productivité et les principales connaissances des femmes et des filles opprimées et déprimées. »

A cette cérémonie présidée par Sidonie Martine Eyouck Beyala, délégué départemental des Affaires sociales du Mfoundi qu’accompagnaient les autorités administratives, les femmes handicapées ont déroulé un chapelet de doléances. Notamment signer des partenariats avec les mairies afin de leur permettre de disposer des espaces commerciaux pour écouler leurs produits. « Au niveau des affaires sociales, il a été demandé d’adapter des cérémonies à l’exemple  de l’élection Miss Cameroun afin de  leur permettre de garder le moral haut et avoir l’estime de soi », a indiqué Atemkeng Maureen Nkoumki.  Du côté du Minas, l’on est conscient. « Il y a un intérêt à les accompagner, les encourager parce qu’elles ont un rôle à jouer dans le développement de notre pays. Elles ont des compétences variées et doivent être valorisées au profit de notre pays », a conclu Sidonie Martine Eyouck Beyala. Assurance leur a été donnée par les collectivités locales pour leur offrir l’opportunité de mettre à contribution leur savoir-faire dans l’économie du pays. La prochaine rencontre aura lieu le 13 août prochain pour l’élaboration d’une plateforme