Les Etats de l’IGAD s’accordent sur le retour volontaire des réfugiés somaliens

Les pays membres de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) ont convenu samedi, de faciliter le retour volontaire des réfugiés somaliens.Selon une déclaration publiée à l’issue du Sommet spécial de l’IGAD sur les réfugiés somaliens à Addis-Abeba en Ethiopie, les pays membres ont accepté en principe de renforcer la protection des réfugiés et de réagir efficacement à la sécheresse dans la région pour prévenir de nouveaux déplacements forcés.

Ils ont également convenu de maintenir un espace d’asile et d’améliorer les conditions de vie des réfugiés et des communautés d’accueil.

Le Sommet a appelé les Etats à aligner les lois et politiques nationales, y compris la documentation civile, conformément au statut de réfugié, en vertu de la Convention de 1951 sur les réfugiés, pour leur permettre d’accéder à un emploi rémunérateur et à l’autonomie.

Les dirigeants de l’IGAD ont également décidé d’introduire progressivement des arrangements alternatifs aux camps de réfugiés et de faciliter leur libre circulation et leur intégration dans les plans nationaux de développement et l’accès aux services sociaux et autres.

L’IGAD a également décidé de renforcer la capacité des pays de la région à contribuer à la protection et à la fourniture d’une assistance aux réfugiés somaliens et à s’engager à continuer à renforcer la sécurité dans les camps de réfugiés et les réfugiés hors du camp, tout en assurant le caractère civil et humanitaire de ces camps et colonies.

La solidarité et la générosité des Etats et des communautés de la région vis-à-vis des réfugiés somaliens se poursuivront au fur et à mesure que l’on s’efforcera de renforcer la coopération régionale pour trouver des solutions durables, en créant un fonds fiduciaire IGAD avec différents bailleurs.

L’IGAD a appelé les acteurs internationaux à honorer et à traduire les promesses faites en soutien concret à la Somalie et à la région, à démontrer la solidarité et le partage des responsabilités en renforçant la réinstallation des réfugiés et en accélérant l’ouverture de voies complémentaires pour les admissions dans les pays tiers.

Depuis que l’Etat somalien s’est effondré en 1991, près d’un million de personnes ont fui vers le Kenya voisin, l’Ethiopie et l’Egypte, l’Erythrée, l’Ouganda et le Yémen.

L’IGAD a aussi décidé d’étendre le mandat de maintien de la paix de l’AMISOM et de renforcer les capacités des forces de sécurité nationales de la Somalie.