Les dessous de la réconciliation entre Bekolo Mbang et Françoise Etoa

De nombreux signes annonçaient déjà le retour à la normal entre deux protagonistes mus par le même souci de restaurer un climat de paix.
 
Jean Claude Bekolo Mbang et Françoise Etoa ont enterré définitivement la hache de guerre. En réalité, malgré les apparences, ils sont nombreux aujourd’hui à ne pas être surpris d’apprendre que le président directeur général (Pdg) de la Société camerounaise d’exploitation et de distribution de l’ensemble des produits pétroliers (Socaepe) et la présidente de l’Ong «Cercle des enfants de défense de la langue française» se fréquentent à nouveau.

Pourtant, il y a quelques mois, les informations affluaient déjà selon lesquelles les deux parties étaient prêtes à fumer le calumet de la paix. Il était alors question de tourner définitivement la page de l’affaire de deux containers contenant des médicaments de l’humanitaire des consommables médicaux et du matériel hospitalier dont des matelas, des lits, des produits pour hypertendus et des médicaments.

Pour arriver à ce dénouement, il faut reconnaître que le rapprochement a été rendu possible par des facilitateurs qui se sont mobilisés comme un seul homme pour ramener l’harmonie entre deux partenaires d’affaires. Selon l’un des facilitateurs, qui s’est prononcé dans notre édition du lundi 28 septembre dernier, «après avoir échangé des noms d’oiseaux il y a trois ans, les deux parties se rabibochent. Ils ont beaucoup de choses en commun, ils sont tous des gens généreux et pieux.

Pour arriver à ce dénouement heureux, tous se sont dit disposés à faire un pas. À dire vrai, s’ils n’étaient pas animés par cette volonté, ils n’auraient pas accepté de faire la paix». Pour un autre, la réconciliation entre le Pdg de Socaepe et sa grande sœur Françoise Etoa entre dans l’ordre normal des choses, même si elle gêne beaucoup de pêcheurs en eau trouble.
 
In fine, que retenir donc de cette réconciliation ? Tout simplement que le magnat du pétrole et la présidente de l’Ong «Cercle des enfants de défense de la langue français » envoient un message à tous ceux qui ont voulu qu’ils continuent à se regarder en chiens de faïence. L’on pense aujourd’hui qu’ils ont su trouver le courage et la volonté de tenir bon contre leurs détracteurs. On remarquera, pour le souligner, que depuis qu’ils ont décidé stratégiquement de se tenir à l’écart des projecteurs, cela irrite plus d’un ennemi. D’où ces nombreuses rumeurs fusent actuellement selon lesquelles le Pdg de Socaepe a réuni tous les ingrédients d’une faillite.… Heureusement, le revers de la médaille de ces intox ne va pas tarder à se dessiner.