Les consignes de sécurité de Christine Robichon aux français du Cameroun

En fin de séjour, l’ambassadrice de France quitte le pays en prescrivant à ses compatriotes des contacts étroits avec l’ambassade et le consulat général à Douala; Son successeur, Gilles Thibault, arrive au Cameroun d’ici le 18 septembre, en provenance du Burkina Faso.

C’est une lettre d’au revoir pleine de ferveur, de nostalgie et d’exhortation que Christine Robichon adresse à ses compatriotes vivants au Cameroun. 237online.com «Permettez-moi une dernière recommandation, celle de maintenir, en particulier sur les questions de sécurité, des contacts étroits avec l’ambassade et le consulat général à Douala, via vos conseillers consulaires élus, vos associations, vos consuls honoraires, vos chefs d’îlot, les services consulaires de Yaoundé et de Douala ou les autres services de l’Etat français qui, selon vos secteurs d’activité, sont vos interlocuteurs», a-t-elle exhortée. La diplomate française ne cache pas ses impressions au terme de son séjour : «je quitte le Cameroun avec l’envie d’y revenir dans quelques années, en voyageuse amie, libérée du titre d’Excellence et avec l’espoir de revoir des Français connus durant ma mission et de retrouver un pays en paix sur l’ensemble de son territoire, dont les habitants vivront mieux grâce aux progrès profitables

à tous du développement économique et de l’état de droit». En trois années sur le sol camerounais, l’Officier de l’ordre national du mérite, félicite le dynamisme et le niveau d’intégration des siens. «Par vos activités professionnelles ou associatives, par les innombrables liens que vous avez tissés avec votre entourage camerounais, pour certains à l’intérieur même de votre famille, vous donnez aux relations entre Français et Camerounais une dimension humaine, essentielle à cette amitié». Pour ce qui est de son avenir, celle qui était avant d’arriver au Cameroun, ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire à Malé en République des Maldives, ne fait non plus de mystère. «Ayant passé très peu de temps en France depuis 12 ans, j’ai souhaité achever ma vie professionnelle par des fonctions au quai d’Orsay, qui me permettront de «refaire mon trou» à Paris, avant d’y prendre ma retraite». Son successeur au Cameroun n’est autre que Gilles Thibault, en provenance du Burkina Faso.