Les chefs d’Etat au chevet de la CEEAC

Ils vont tenter de sauver le secrétariat général de l’organisation menacé de banqueroute.
Un Conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) se tient depuis ce mardi 25 août à Libreville, la capitale du Gabon. Selon des sources internes au secrétariat général de cette organisation, cette réunion, qui regroupe principalement les ministres chargés des questions de développement économique, prépare la Conférence extraordinaire des chefs de l’Etat de la communauté annoncée pour le 28 août. Ce sommet des chefs d’Etats devrait finalement avoir lieu dans la capitale gabonaise non pas à Malabo en Guinée Equatoriale comme initialement envisagé.

Ordre du jour

Parmi les points à l’ordre du jour, nos sources citent notamment les tensions de trésoreries qui asphyxient en ce moment le secrétariat général de la CEEAC, principal administrateur exécutif de la communauté, et la réforme institutionnelle de l’organisation dont l’aboutissement est programmé pour 2017. Les deux problèmes sont liés. Car sans argent, la réforme ne peut aboutir. Or, cette réforme devrait permettre de mettre en place une stratégie de mobilisation des ressources  alternatives et durables. Question de réduire la dépendance de l’organisation aux contributions des Etats-membres et aux financements de partenaires étrangers dont l’un des plus importants est l’Union européenne.

La dernière conférence ordinaire de Chefs d’Etat de la CEEAC tenue à N’Djamena au Tchad le 25 mai dernier a d’ailleurs « demandé au secrétaire général de mettre en place un groupe de travail restreint, chargé de mener une réflexion approfondie devant aboutir à une stratégie de mobilisation des ressources alternatives et durables pour le financement des activités de la communauté ». Les chefs d’Etat avaient  par ailleurs marqué leur accord pour le démarrage immédiat du processus de réformes  qu’ils avaient placé sous l’autorité du président en exercice de la CEEAC, le gabonais Ali Bongo.