CAMERNEWS

Les Chantiers de Douala, dans la loupe du Délégué du Gouvernement

Les Chantiers de Douala, dans la loupe du Délégué du Gouvernement

Le délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Douala (CUD) a effectué une descente sur le terrain jeudi le 26 février 2015 en direction de certains chantiers en cours dans sa surface de commandement. Nous vous proposons le film de la journée…
Nous sommes le jeudi 26 février 2015, il est environ 8h. La ville de Douala, après une nuit bien arrosée par une pluie prémonitoire à la grande saison, s’est levée la tête bien droite sur les épaules. Et comme à l’accoutumée, les citadins de Douala, vaquent chacun à ses activités. Le temps pressant, taxis et mototaxis se passent. Les piétons quant à eux abondent les trottoirs pour que personne ne trépasse. Le Carrefour Ndokoti a fait son plein, les agents de police ont du file à retordre pour diriger la circulation. Le temps passe, les minutes s’échappent. Il est 10h 20, dans 25 minutes, le Délégué du Gouvernement auprès de la CUD va commencer la visite de quelques chantiers de la ville. Nous devons être à sa suite…Et le départ est bien prévu à l’hôtel de ville de Bonanjo.
Les mototaxis ayant une interdiction de circuler dans ce quartier administratif, nous sommes obligés de faire avec le taxis malgré les embouteillages de route. Les minutes deviennent si précieuses, chaque seconde compte et l’adrénaline monte… Heureusement le taxi ne tarde pas à nous prendre.

Ndokoti – Bonanjo, le trajet se fait les doigts croisés. 10h 50, nous-voici donc à Bonanjo. L’esplanade de l’hôtel de ville est animée par un concert de bruits de ronflement des moteurs d’une douzaine de véhicules de la CUD, seuls quelques retardataires font encore les va-et-vient au sol, bénéficiant ainsi des minutes gracieusement offertes par le patron de la CUD qui tarde encore à être à bord de sa prestigieuse SUV 4×4.

11h 27min., le Dr. Fritz NTONE NTONE, patron de la CUD est à bord de son véhicule. Et la visite dont le début était initialement prévu à 10h 45min. peut enfin commencer. Le cap est mis sur BALI.

Le délégué du Gouvernement auprès de la CUD prend la route accompagné d’une imposante délégation constituée de ses collaborateurs ainsi que de l’exécutif de la commune de Douala 1er patronné par Monsieur le Maire en personne. Toute cette délégation bénéficie de la protection de l’imposant bataillon de la police municipale affectueusement appelé « Gros bras de la CUD ». Le cortège, qui a à sa tête un motard chargé de libérer la voie et d’annoncer l’imposante équipe, ne traine pas moins d’une douzaine de véhicules entre autre des pick-up et un Car pour les hommes de média. Un camion-ben ferme la caravane.
Ils sont aussi à bord du car des journalistes, le personnel de la Division de Communication et Madame SENA MOUELLE, Directrice des Ressources Humaines(DRH), toutes de la CUD. Cette dernière se plait à s’assurer que l’atmosphère est détendue dans le Car.
Nous sillonnons ainsi les rues Lugard, Joss, Koumassi puis, le boulevard de la République dans une ambiance d’amitié instaurée par la DRH. Et bientôt, ce sera la première escale.
Premier Arrêt …

L’horloge indique 12h dans une dizaine de minutes et voila que le cortège que dirige le premier magistrat de la ville de Douala arrive à la rue Prince Bell puis, le premier arrêt est signalé. : Fritz NTONE NTONE fait à pied les Rues Michel Brunet, King Bell, Richard Bell et Manga Bell où s’effectuent les travaux d’entretien curatif des voiries sur une longueur de 2000 m. Ici, il est question pour le Délégué du Gouvernement d’apprécier la cadence d’avance des travaux et surtout d’évaluer sur la Rue Richard Bell la probabilité de terminer les travaux de la tranche ferme en avance pour engager aussi tôt la tranche conditionnelle.
Mais dans les coulisses, le Délégué du Gouvernement ne loupe pas de faire ce qu’il aime le plus : lutter contre le désordre urbain. Ça et là la CUD casse, les barres à mine passent, les croix Saint André sont aussi apposées. Mais le Délégué peut aussi donner les instructions verbales aux riverains. « Après c’est les engins qui vont passer », annonce t-il à ces derniers.
Du coté de l’avancement général des travaux, le contact n’est pas du tout amère. Les travaux sont effectués à 58%. Le temps passe, une heure s’est écoulée, le cap est mis vers l’hôtel le NDE.
La caravane rejoint le boulevard de la République, gagne la rue Drouot puis le Boulevard de la Liberté.
Deuxième escale… 

Nous nous arrêtons sur plusieurs rues entre autre les rues Drouot, Foucault, Lehmann et Foch où sont également en cours les travaux d’entretien des voiries.
Signalons d’abord qu’avant d’arriver ici, la CUD a emporté une quantité importante de marchandise posée au beau milieu de la route au carrefour TIF. Donc à l’heure où nous sommes, une
]

des pick-up est déjà pleine. Et si cette allure continue, on peut être sûr que toutes seront pleines toute à l’heure.

Intéressons-nous à présent à ce qui se passe sur le site où sommes désormais. Ici, l’objectif du Délégué du gouvernement auprès de la CUD est d’abord le même que celui du site précédent c’est-à-dire, apprécier le niveau de l’évolution des travaux. Le premier magistrat de Douala veut aussi résoudre le problème relatif à la libération de l’emprise des travaux encore occupée dans certaines zones par les vendeurs de véhicules et les constructions.
Est déjà faite, la mise en œuvre de la couche en béton bitumineux. Et en cours, nous avons la préparation des surfaces à traitement des nids de poule et le déplacement des réseaux. Ces travaux qui s’étendent sur une linéarité de 3500 m pour un coût de 1 536 855 405 FCFA sont rendus à 20% pour une consommation des délais de 20% également.
Ici encore, la tradition de lutte contre le désordre urbain sera respectée. La robotique équipe de la CUD se charge de faire passer la barre à mine partout où l’occupation anarchique de la voie publique est constatée. Et les riverains peuvent dire adieu qui à leur salon de coiffure, à leur four pour brochette, qui à leur partie de cafeteria ou de buvette. Pendant ce temps, une autre équipe fourmille les abords des rues emportant avec elle tout ce qui est posé déplacé. Dans le Camion-ben, nous pouvons déjà voir tables, roues et autres objets emportés.
Les véhicules occupant abusivement la voie publique sont ornés par les croix Saint André qu’appose soigneusement une autre équipe de la CUD.
Dans coulissent, certains riverains et commerçants se montrent exacerbés et promettent le statut quo : « C’est en cassant que ça va changer quoi ? » Se demandent-ils en mâchonnant. Par endroit, le Dr. Fritz NTONE NTONE promet : « La prochaine fois que nous passons ici on enlève tout et emporter ».
Nous sommes aux environs de 14h 20 et la caravane quitte les lieux sous la colère des riverains et se dirige à Deido où se trouve un autre site des travaux d’entretien curatif des voiries et où est prévue par conséquent une autre escale.
Troisième Arrêt…

Nous empruntons la rue Avenue Jamot, le boulevard de la République puis, celui de la Réunification vers Rond Point Deido. Est en vu, le point de chute au Marché New-Deido.
Aussitôt arrivés, le Patron de la CUD avec son imposante délégation font intrusion dans le marché dans l’optique de s’enquérir du niveau d’évolution des travaux et de résoudre comme précédemment le problème de l’emprise des travaux constamment encombrée par les commerçants dans ce marché. Ici, les visiteurs passent à travers les couloirs et entre les comptoirs. La scène est comparable à l’entrée d’un Jésus à Jérusalem. Et on peut entendre le délégué s’adresser à une commerçante dont les tas d’ignames et de plantains mûrs font preuve de cet encombrement : « Nous voulons que vous permettiez le déroulement des travaux »« Oui papa, on a compris » lui répond-elle comme à son père.
Sur le terrain, sont en cours, les travaux de terrassement, de déplacement des réseaux et de curage des caniveaux ; l’avancement global quant à lui est estimé à 8% sur une consommation de délais de 15%. Signalons que le coût total de ces travaux qui s’étendent sur une longueur de route de 4000m s’élève à 2 068 681 462 FCFA.
Sortie de là, la délégation que dirige le patron de l’Exécutif de la CUD présente déjà quelques signes de fatigue. Mais rien à faire que de poursuivre le périple en mettant le cap sur la pénétrante Est où sont prévus les arrêts sur les site de libération des emprises et d’aménagement spécifique avec pour dernière escale, la nouvelle place des fêtes à Besseke.
Ici comme ailleurs, il est question pour le délégué de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de cette nouvelle place qui devrait probablement être opérationnelle d’ici le 20 mai de cette année.
L’horloge vient de marquer 15h 45min. et le cap est mis sur Bonanjo à l’Hotel de ville. Fin de visite.
Journée certainement dure et pénible, pas moyen de recueillir les avis de qui que ce soit. Ce que nous pouvons dire est que la Communauté urbaine de Douala, dans sa résolution de transformer la cité économique en une ville moderne, suit de près les différents travaux en cours dans la ville et qu’il devient par conséquent difficile à ceux qui gagnent ces marchés de ne pas pouvoir les livrer dans les délais. Par ailleurs, la lutte contre le désordre urbain, même si elle fâche à certains poursuit son cours pour le plus grand intérêt de tous.
A la suite du Délégué du Gouvernement auprès de la CUD sur les rues de Douala,
CAMERNEWS

CAMERNEWS