camernews-Jean-Ping

Les avocats de Jean Ping saisissent la Cour pénale internationale

Les avocats de Jean Ping saisissent la Cour pénale internationale

Ils accusent Ali Bongo d’avoir commis des «crimes contre l’humanité» lors des violences qui ont suivi la présidentielle.

Au lendemain de la publication du rapport des observateurs de l’Union Européenne sur la dernière élection présidentielle gabonaise, les avocats de Jean Ping  ont transmis à La Haye, un dossier. Selon le journal Le Monde, ce dossier «accuse le pouvoir de crimes contre l’humanité durant la crise qui a suivi la réélection d’Ali Bongo, fin août».

Les troubles ayant suivi la présidentielle Gabonaise du 27 août avaient fait «trois morts selon les autorités, alors que l’opposition parle d’un bilan d’au moins 26 personnes tuées et de dizaines de disparus».

Le dossier déposé jeudi dernier va faciliter l’enquête de la CPI, car la procureure de la Cour, Fatou Bensouda, avait annoncé fin septembre l’ouverture d’un examen préliminaire, étape préalable à l’ouverture d’une enquête.

Le Gouvernement gabonais avait demandé à la CPI, le 21 septembre dernier, «de bien vouloir ouvrir sans délai une enquête», faisant part des «faits relevant de l’incitation à commettre le crime de génocide» et de «crimes contre l’humanité» qu’il attribue aux militants favorables au candidat d’opposition Jean Ping.

Le Gabon a connu un pic de violences de 48 heures après l’annonce le 31 août 2016 de la victoire du chef de l’État sortant, Ali Bongo Ondimba. Parmi les accusations de crime contre l’humanité, les autorités gabonaises évoquaient «des faits de violences, saccages et des incendies criminels» contre des bâtiments de la République gabonaise et des instructions données à des individus de «tirer sur la foule et participer ainsi à l’instauration d’un climat de violence et de terreur auprès de la population civile».

camernews-Jean-Ping

camernews-Jean-Ping