camernews-michel_t_atangana_francois_hollande_paris

A l’Elysée: Michel Thierry Atangana reçu par François Hollande

A l’Elysée: Michel Thierry Atangana reçu par François Hollande

Au cours de la rencontre du vendredi 28 mars 2014, le Franco-camerounais et le président de la France ont, entre autres, envisagé la reprise des investissements des entreprises françaises au Cameroun.

D’abord, le Franco-camerounais qui était entouré de ses fils Eric et Etienne Atangana et de son notaire Me Annie Fotso a eu une séance de travail avec les collaborateurs du président français. Ensuite, un tête-à-tête entre lui et le président Hollande. Et enfin une rencontre avec sa famille, les membres de son comité de soutien et ses conseils. Il en ressort que la France et le Cameroun doivent reprendre une coopération sans nuage. Les deux hommes ont envisagé la reprise des investissements des entreprises françaises au Cameroun. Et les perspectives s’annoncent bonnes avec en vue, deux rencontres entre les présidents Biya et Hollande. Toutefois, Michel Thierry Atangana n’a pas manqué d’encenser la contribution du président Hollande au dénouement heureux de sa détention au Cameroun. Il le qualifie d’ailleurs d’apôtre des droits de l’Homme.

Il faut rappeler que l’homme politique camerounais Titus Edzoa et l’homme d’affaires français, Michel Thierry Atangana sont désormais libres, après 17 années de détention. Une nouvelle qui, en son temps, avait été accueillie favorablement en France. Selon certaines sources proches de l’Elysée, le dossier judiciaire Atangana a pollué les relations entre le Cameroun et la France depuis son arrestation en 1997. En France où il s’est refugié depuis sa sortie de prison, Michel Thierry Atangana qui a pris la tête du comité de soutien de Me Lydienne Eyoum, accorde des interviewes. Non sans appeler à la normalisation des relations entre le Cameroun et la France. Mais aussi d’exhorter les investissements français vers le Cameroun. Pendant des années, pour éviter de froisser le Cameroun, les autorités françaises n’ont jamais commenté officiellement cette affaire sensible. Le véritable tournant, c’est l’élection de François Hollande. Dès sa prise de fonction, le chef de l’Etat a demandé à l’ambassadeur en poste à Yaoundé de faire du dossier Atangana-Edzoa une priorité. Les deux hommes étaient détenus pour « détournement de fonds publics ».

 

camernews-michel_t_atangana_francois_hollande_paris

camernews-michel_t_atangana_francois_hollande_paris