L’élite du septentrion passe à la phase 2 de l’Effort de guerre

2 700 sacs de céréales ont été mis à la disposition des populations affectées par les exactions de la secte terroriste Boko Haram.

« Il faut sécuriser ces  denrées, nous savons que Boko Haram a faim et risque de venir  se ravitailler chez nos paisibles compatriotes ». Le président de l’Assemblée nationale qui s’adresse ainsi au Colonel commandant par intérim de la région militaire interarmées n°4 ne se méprend guère sur la situation sécuritaire préoccupante au niveau des frontières ouest de la région de l’Extrême-Nord où la secte Boko Haram continue de semer la terreur. Au nom de l’élite des régions  septentrionales, le très honorable Cavaye Yeguié Djibril a remis  des dons en denrées alimentaires aux populations affectées par  les exactions de cette nébuleuse. Cette cérémonie de remise des dons alimentaires s’est déroulée en deux temps.

Le côté protocolaire a eu pour cadre la salle de conférences des services du gouverneur. Les donateurs présentent l’ensemble des dons.  1800 sacs de mil, 900 sacs de riz, 150 cartons d’huile et 50 cartons de cubes sont mis à la disposition des bénéficiaires  répartis dans les départements du Logone- et-Chari, du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga.  La gestion  de ces denrées est encadrée par une note d’orientation qui définit la cartographie des zones bénéficiaires, la composition des comités de gestion et de distribution. Selon ce cahier de charges, les dons sont remis au gouverneur puis aux préfets territorialement compétents. Ces derniers à leur tour acheminent les vivres dans les zones affectées. La distribution proprement dite est assurée par des comités locaux composés des sous-préfets, des maires, des responsables des forces de maintien de l’ordre,  des élus locaux, des membres de la société civile, des chefs traditionnels. Un compte rendu de cette opération est attendu sous deux semaines. Pour le président du comité de l’élite du septentrion, ces garde-fous sont un gage de transparence dans la conduite de l’opération.

A l’esplanade des services du gouverneur,  la cérémonie a connu sa dimension pratique. Deux camions -témoins chargés de produits sont stationnés. Le président du Comité de l’élite du septentrion remet symbolique l’échantillon au gouverneur  Midjiyawa Bakari. Les trois préfets du Logone- et- Chari, du Mayo-Tsanaga et du Mayo-Sava réceptionnent à leur tour les dons. Le président de l’Assemblée nationale recommande que cet effort soit immédiatement mis à la disposition des bénéficiaires. Depuis mardi dernier, les gros porteurs ont ainsi pris la direction des arrondissements de Mokolo, Mayo-Moskota, Kolofata, Fotokol, Waza, Darak, Hile-Alifa, Mora, Pette où se trouvent les populations déplacées ou affectées par les attaques de la secte Boko Haram.

Question : cette opération ne fait-elle pas double emploi avec celle menée par le  Comité interministériel ad hoc de gestion des dons, destinés aux populations et aux forces de défense, créé le 21 avril 2015 par le chef de l’Etat ? Non, répond le PAN. « Notre initiative ne fait pas ombrage à cette instance. Nous agissons sous l’autorisation du président de la République », tranche-t-il. La cérémonie s’est déroulée en présence de quelques membres du gouvernement originaires des régions septentrionales, notamment les ministres Zacharie Pevet  (Minefop), Adoum Garoua (Minsep) et Yaouba Abdoulaye (Mindel-Minepat).