Le TRIBUNAL ARTICLE 53 à la Prison de Bafoussam

Le TRIBUNAL ARTICLE 53 à la Prison de Bafoussam

Incarcéré depuis plus de cinq (5) mois sans avoir rencontré de juges, le défenseur des droits humains MOHA FRANKLIN croupit à la prison de Bafoussam.Le samedi 7 juin 2014, le  TRIBUNAL ARTICLE 53  est allé apporter son soutien à ce robuste homme que les épreuves ne semblent pas plier.Arrivé juste vers 17h, juste à l’heure ou les détenus retournent dans les cellules comme le veut le règlement de cette prison  il nous était pratiquement impossible de voir qui que ce soit.

La prison de Bafoussam quoi que extrêmement vétuste, d’une exiguïté coloniale, et d’une pauvreté dont le français n’a pas de mots pour décrire est de notre point de vue l’une des rare prisons ou les gardiens se comportent comme des humains.
Nous serons donc autorisés à rencontrer le combattant pour quelque minute. Il apparait dans un blanc propre, repassé et surtout  bien rasé et il nous nous étonne par une attitude obséquieuse vis à vois des gardiens de prison. Ce qui n’est pas dans ses habitudes…

MOHA FRANFKLIN nous exprime sa grande joie de nous voir faire Douala Bafoussam pour le rencontrer. Il nous redit sa confiance en notre capacité à l’aider à se sortir de ce trou. Selon ses dire, il va bien, sa famille le soutien en particulier son papa lui-même combattant avéré. Mais il leur recommandé de ne pas lui rendre visite.  Le gros problème reste le juge qui ne veut pas enrôler l’affaire. Il n’est encore passé devant aucun juge en 5 mois d’incarcération !!!

Pourtant on nous rabat les oreilles sur la qualité du code de procédure pénale. Un code visiblement à deux vitesses !
Pour rappel, MOHA FRANFKLIN membre de Frontline fighters for citizens interest (FFCI) paie le prix de son engagement à defender les minorités dans la région de l’ouest minorité parfois exploitée, bafouée par des élites et des notables. Il n’a pas hésité  à défendre les éleveurs bororos opprimés, spoliés dont certaines vaches ont été retrouvées dans le bétail de ce chef supérieur très noble, très digne et très élégant !!!

MOHA FRANKLIN aura donc la mauvaise idée de défendre ces allogènes, lui-même allogène. Le chef  noble digne et élégant qui est aussi chef de la gendarmerie, de la police et de tout se venge en somme.

Le TRIBUNAL ARTICLE 53 aura l’occasion de présenter les faits au public bientôt.

Avec le prévenu MOHA FRANKLIN nous avons discuté beaucoup et en particulier des pistes à mener pour mobiliser l’opinion pour son cas. Des actions seront menées sous peu.

Heureux de notre visite nous séparons non sans avoir fait le geste qui sauve. Mais il va nous dire deux choses  qui vont beaucoup nous perturber.

D’abord il nous demande des nouvelles de PAUL ERIC KINGUE, de ENOH DIEUDONNE  tous injustement incarcérés comme lui. Nous échangeons sur ces deux autres compatriotes sauvagement malmenés par le pouvoir en place.
Enfin au moment de nous séparer, on convient de ne pas faire de photos, le vaillant homme nous souhaite beaucoup de courages et surtout bonne santé…

Ces civilités venant d’un homme éprouvé et dans la douleur, privé de liberté alors que nous nous jouissons de notre liberté nous émeuvent. Une belle leçon pratique de courage et de sérénité dans la douleur.
A toi aussi mon frère tiens bons et à très vite comme convenu.

 

 

 

camernews-Mowha-Franklin

camernews-Mowha-Franklin