Le sexe, un antistress, une arme de destruction…

Le sexe, un antistress, une arme de destruction…

Le sexe est un antistress tout le monde le sait, il faut le pratiquer pour son équilibre mais parfois aussi pour sa perte. Au Cameroun c’est une arme de destruction massive voilà d’ailleurs pourquoi il est caché pour mieux le violer au lieu de le castrer car jamais on castre en public.

L’affaire Eto’o cache bien de manipulation, j’en sais quelque chose comme homme politique. Une diplomate américaine un jour vit les vidéos de ses ébats sexuels vendus au Marché Central et c’est ainsi que moururent à jamais ses débats. Elle quitta le Cameroun la chatte ouverte au point où tout crayon pouvait affirmer y avoir écrit quelques lignes !

J’aime ces montages de photos parce que je reste persuadé que 90% de ceux qui sont derrière les photos sont des frustrés qui pensent que le sexe va disparaitre et avec lui la cellule familiale ; la reproduction normalement devant alors être prise en charge par les avancées de la Sciences qui ne farfouille pas dans la foufoune et dans la mouille ! Le plaisir sera définitivement castré et les mélange de corps, de salive, les langues qui s’entrelacent.

Le sexe est comme la liberté qui nous divise, un pouvoir terrestre qui nous inquiète, un leurre qui nous égare. Un faux puissant qui ne durera que le temps d’un orgasme de tortue, filmé par ceux qui auront renié leur propre sexualité sans faire l’éloge de leur virginité ! Ah pauvre de moi, pauvre Prince Menyu M’Ewondo.

 

 

camernews-Vincent-Fouda

camernews-Vincent-Fouda