camernews-meting-rdpc

Le président de la section OJRPDC d’Efoulan refuse que le nom du Pr Jacques Fame Ndongo soit cité dans une «affaire de quartier»

Le président de la section OJRPDC d’Efoulan refuse que le nom du Pr Jacques Fame Ndongo soit cité dans une «affaire de quartier»

Jacques Junior Mbita est le premier leader politique à s’exprimer sur le conflit qui oppose le président de l’Organisation des Jeunes du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais Mvila-centre I à son vice-président. Celui-ci indique que les deux acteurs font trop de bruits. Pourtant, ils n’ont encore rien fait dans leur section.

Jacques Junior Mbita, le président de la section de l’Organisation des Jeunes du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (OJRDPC) section d’Efoulan est remonté suite au fait que le nom de Jacques Fame Ndongo, le Ministre de l’Enseignement Supérieur (MINESUP), ait été cité «dans une affaire de quartier», précise le quotidien Mutations numéro 4228.

Il s’agit en fait du conflit qui existe entre Benoît Assam Assam, le président de l’OJRDPC section de la Mvila-centre I, et Patrice Akam Akam, le vice-président de ladite section. Leur homologue, qui est le premier leader politique à se prononcer sur cette affaire, estime que «le Sud a besoin des jeunes dynamiques qui se soucient de leur Région et non des gladiateurs égocentriques».  À cela, il ajoute que «les deux adversaires qui ont tout à apprendre en politique en tant que débutants n’ont encore rien réalisé dans la Mvila pour faire autant de bruits». Il condamne donc avec la dernière énergie l’usage maladroit du nom du  Pr Fame Ndongo dans cette histoire.

Pour rappel il faut dire que Benoît Assam Assam avait porté plainte contre Patrice Akam Akam parce que celui-ci aurait rapporté au MINESUP, qu’il insulte. «Jean Patrice Akam est allé voir le Pr Jacques Fame Ndongo pour lui dire que Benoît Assam Mvondo et Clément Mevoungou insultent le Ministre de l’Enseignement Supérieur. Ceci au point qu’à ce jour, Benoît Assam Mvondo n’a plus accès auprès du délégué permanent régional du Comité central du RDPC dans le Sud», avait alors déclaré Stéphane Endezoum Awono, le délégué aux organes spécialisés à la section RDPC Mvila-centre I au quotidien Le Jour numéro 2262.

La plainte déposée avait alors conduit le mis en cause au Secrétariat d’Etat à la Défense (SED). Cette interpellation a failli susciter des mouvements d’humeur dans la ville d’Ebolowa. Il aura fallu l’intervention de l’Honorable Bonaventure Mvondo Assam, le neveu du Chef de l’État, pour qu’il sorte du SED.

Jacques Junior Mbita, qui sort donc de sa réserve, tient à rappeler «aux deux présidents que le Ministre Fame Ndongo est un patriarche. À ce titre, son nom ne doit sous aucun prétexte être cité dans leurs fourberies. S’ils blaguent avec les noms des Députés qu’ils ne confondent pas les pédales en jouant avec tout le monde».

camernews-meting-rdpc

camernews-meting-rdpc