camernews-Afrik-Actuelle

Le nouveau numéro du mensuel panafricain Afrik’Actuelle dans vos kiosques depuis quelques jours

Le nouveau numéro du mensuel panafricain Afrik’Actuelle dans vos kiosques depuis quelques jours

Depuis quelques jours, les lecteurs assidus du mensuel panafricain savent que Afrik’Actuelle est dans les kiosques. Que l’on soit à  Bruxelles, Paris, Milan, Madrid, Yaoundé, Douala, Abidjan, Ndjamena, Malabo, dans le Kivu, etc, faites en un tour pour ceux qui ne l’ont pas encore feuilleté.

Dans Afrik’Actuelle de ce mois, vous pouvez lire dans la rubrique de la chronique les raisons pour lesquelles Nicolas Sarkozy ne sera pas poursuivi pour l’argent de Kadhafi.

Plus loin, l’auteur de cette chronique Simon Moussi  revient sur le fait que Jean Marie Le Pen en 1988 avait reçu l’argent de feu Omar Bongo pour financer sa campagne. Kadhafi a financé Sarkozy, il s’est retrouvé deux mètres sous terre quatre ans plus tard. Gbagbo a financé Chirac, il est aujourd’hui à la Haye. Sarkozy ne sera jamais jugé pour l’argent de Kadhafi. Encore moins Jean Marie Le Pen pour celui de Bongo. Seuls les Africains n’ont rien compris affirme le chroniqueur maison d’Afrik’Actuelle

A la Une de cette nouvelle édition « BOKO Haram » Des origines à l’horreur. Afrik’Actuelle dissèque l’enlèvement de plus de 200 lycéennes par la secte islamiste Boko Haram, le 15 avril dernier, dans l’Etat de Borno, au nord du Nigeria et revient sur les conséquences de cet acte avec des mobilisations diverses dans les quatre coins du monde. Afrik’Actuelle affirme sur ce sujet qu’une kyrielle de manifestations, s’est multipliée à travers le globe par le biais de la rue, en passant par des réseaux sociaux. Une pétition a même été initiée avec pour auteur Ify Elueze, une militante nigériane pour les droits des femmes, résidant en Allemagne. Depuis son compte Twitter, la jeune femme a interpellé à tour de bras personnalités politiques, stars du show-business et internautes du monde entier et leur a demandé d’exprimer leur solidarité aux jeunes lycéennes enlevées, grâce au hashtag ‘’?#?bringbackourgirls?’’ ou ‘’?#?bringbackourdaughters?’’ (« Rendez-nous nos filles »), et à faire pression sur le gouvernement nigérian.

Si l’expression de la solidarité internationale est à apprécier, on note toutefois que Boko Haram n’interpelle véritablement la communauté internationale que depuis l’enlèvement des 250 jeunes filles qui a véritablement heurté la sensibilité des Occidentaux. Le sujet intéressait trop peu avant. Sauf quand des Occidentaux étaient enlevés. Et pourtant le mouvement existe depuis les années 70, fait savoir ses revendications et son idéologie, tue, crée de la désolation, s’internationalise et prend de l’ampleur.

Comment sortir de la spirale de Boko Haram ? Que veulent-ils ? Pourquoi s’attaquent-ils aux populations ? Pourquoi les pouvoirs du Nigeria et les pays environnants peinent-ils à combattre et éradiquer ce mal ? Boko Haram est-il aussi puissant qu’il veut le faire croire? Afrik’Actuelle a sollicité des spécialistes pour tenter de répondre à ces questions

Afrik Actuelle Middle:Camer.be

Ne le ratez pas aussi le dossier de la rédaction sur l’énergie au Cameroun. Une énergie, au cœur du combat pour l’émergence.

En santé, la rédaction analyse le rapport 2013 de l’Onusida sur les IST-Sida. Il en découle de celle-ci que l’Afrique subsaharienne demeure toujours la plus touchée.

Bien d’autres sujets sur la culture, société, politique sont traités. Ne le ratez pas