camernews-Abakar-Ahamat

LE GOUVERNEUR DE LA REGION DE L’ADAMAOUA ATTAQUE LES ELITES.

LE GOUVERNEUR DE LA REGION DE L’ADAMAOUA ATTAQUE LES ELITES.

Dans un contexte de psychose absolue de la secte Boko Haram dans la région septentrionale du Cameroun, le président de la République a jugé nécessaire de mettre les élites de cette région face à leurs responsabilités.

C’est ainsi qu’il nomme MIDJIAWA BAKARY et ABAKAR Ahmad deux natifs de cette zone respectivement gouverneur de la région de l’Extrême Nord et de l’Adamaoua. Il pensait donc commencer à trouver un début de solution à ce problème par des nouvelles orientations et une politique commune de conciliation pour une paix durable dans cette zone dont l’importance n’est plus à démontrer.

Le gouverneur de la région de l’Adamaoua puisqu’il s’agit de lui n’épouse pas cette démarche politique du Chef de l’Etat du moins passe le temps à régler ses problèmes de mœurs par les abus d’autorité.

Problèmes de mœurs en situation de guerre :

ABAKAR Ahmad aurait un deuxième bureau dans cette même région, une fille au nom de HAWA qui bénéficie de tous les privilèges de premières dames de la région.
Les déboires de l’Adjudant principal de douane commencent donc par la rencontre de cette jeune dame qui est une petite sœur à son ami intime. Ainsi les thuriféraires de gouverneur sont allés lui dire qu’elle aurait une aventure avec ce dernier. Le patron de la région interpellé demande à rencontré ce douanier au nom de SANKARA sans succès il fait donc appel à l’une taupe de la ville au nom de BANANOU DOGO et lui instruit de faire tout son possible pour qu’il puisse diner avec ce douanier chose promise chose due.

Après avoir pris connaissance, le 10 juin 2014 SANKARA apprend donc qu’il est affecté à BANYO lors d’un séminaire, « l’un de mes agents m’annonce que le gouverneur vient de m’affecter à Banyo en complément d’effectif. Je me suis rapproché du babillard et j’ai vu cette note. Je me suis rendu chez le gouverneur. Il m’a fait comprendre que le chef secteur lui a dit qu’il y a des agents qui sont partis en retraite et qu’il y avait des postes vacants et que c’était ça sa motivation ».

Quelque temps après c’est une suspension de 4 mois qui survient pour motif insubordination, usurpation de fonction et indélicatesses diverses. Vous comprendrez donc l’incompétence et l’incapacité de ce personnage qui se trouve au crépuscule de sa carrière.

En riposte donc le 10 juillet 2014 l’Adjudant de douane a déposé au tribunal administratif de N’Gaoundéré une requête aux fins de sursis a exécution qui a été enregistrée au greffe ce même 10 juillet 2014sous le numéro 26/2014. Le judiciaire étant sous contrôle de l’administratif sa requête reste sans suite.
Pis encore le 18 aout 2014 sous les ordres du gouverneur le Procureur de N’Gaoundéré a signé un mandat de perquisition du domicile dudit douanier qui a été fouillé de fond en comble et il a été amené à la PJ de N’Gaoundéré sous forte escorte. Auditionné en présence de son avocat, les motifs avancés sont les suivants :

  1. Comment a-t-il fait pour entrer à l’ENAM
  2. Quand est il sorti de l’ENAM
  3. Le gouverneur dit qu’il aurait des faux diplômes qu’en est-il ?

La liste des motifs n’est pas exhaustive pour des motifs qui donnent à une perquisition en mi -journée.
Nous ne comprenons pas l’acharnement d’ABAKAR Ahmad face à ce douanier qui a été primé à plusieurs reprises comme étant le meilleur de sa brigade en termes de recette.

Tentative d’intimidation et de dé crédibilisation.

Nous notons aussi que le même gouverneur a fait arrêté l’IMAM (dirigeant musulman) de la mosquée centrale de N’Gaoundéré sous prétexte qu’il serait en relation avec le BOKO HARAM.

Ce même gouverneur est conflit ouvert avec le Lamidot les proches disent qu’ils ne coopèrent plus. Cher compatriote nous dénonçons avec véhémence toutes ces pratiques fallacieuses qui ne visent qu’une fois de plus à déstabiliser notre région. Nous élites de l’ADAMAOUA disons non à la démarche de ce mégalomane, et promettons une riposte sans précédente s’il  continue dans cette lancée.

 

 

camernews-Abakar-Ahamat

camernews-Abakar-Ahamat