camernews-Joseph Owona

LE DERNIER FIASCO DU PR. JOSEPH OWONA

LE DERNIER FIASCO DU PR. JOSEPH OWONA

Après bientôt un an, la montagne a accouché d’une souris nauséabonde. Joseph Owona vient d’échouer là où on pensait qu’il ferait mieux que tout le monde.

Le comité de normalisation affecté à la Fécafoot a rendu sa copie. il fallait peut être encore des prorogations de mandat pour voir poindre autre chose. les résultats sont là. il n’y aura qu’un seul candidat aligné, tombi aroko, une tête couronnée de l’équipe à iya Mohammed. On tourne décidément en rond comme dans une étrange figure de Fraser.

L’échec aux agrégés

Lorsque des professeurs agrégés se retrouvent à organiser une élection à un tour, avec un seul candidat, il faut se remettre en question. la science et le sens des mots. Paul biya devrait reprendre les choses en main et nommer, comme du temps d’ahmadou ahidjo, les délégués de la fédération de football. Avait-on besoin d’une escouade de professeurs agrégés de droit, de constitutionnalistes ou de publicistes pour relire et réécrire les textes de la fédération camerounaise de football ?

La réponse s’impose d’elle-même. Deux ou trois braves hommes recrutés au quartier, à la petite semaine, auraient fait l’affaire. des cerveaux comme omer nguewa avaient pensé, il y a de longues années à réécrire ces textes foutus de la Fécafoot. il n’y avait qu’à les réadapter à l’aune des modèles pondus par la Fifa. et ces quidams recrutés au quartier, en raison de leur expérience de la marche du football, s’en seraient tirés beaucoup mieux. en tout cas, mieux que les professeurs agrégés. la preuve, après de longs mois de grands travaux, et alors que la copie a été rendue, le Cameroun s’est retrouvé avec une seule candidature pour l’élection du président de la fédé. et on va nous parler d’une élection. Y at- il élection lorsque les électeurs n’ont que le choix obligé de mettre le bulletin de l’unique candidat aligné ?

Ce fonctionnement et cette définition de la démocratie sont malheureusement la dernière trouvaille, la lumineuse invention des professeurs agrégés de droit au Cameroun. Pour d’autres élections, on sait faire mieux. on aligne une dizaine de candidats contre Paul biya, ils ont le profil des Jean djeuga, de Gustave essaka, de Fritz ngoh ou d’anicet ekané. tous confondus ne font pas un score de 1 %, biya avec sa machine du rdPC gagne sur tapis vert. Pourquoi les agrégés de droit n’ont pas trouvé l’astuce pour aligner des candidatures multiples, quitte à ce que ce soit pour la forme ? le soupçon commence à se faire lourd : nos professeurs agrégés seraient eux aussi passés à la caisse ?

A la Fédé, Comme au Kremlin

La fédération camerounaise de football ressemble fort bien aujourd’hui à un enfant du soviétisme. il y a un Kremlin, un politburo et un KGb installés depuis ahmadou ahidjo. Personne ne peut gagner une élection contre un tel appareil. le Pr. Joseph owona le sait, lui qui aura taillé une constitution sur mesure à la taille de Paul biya. le grand professeur de droit constitutionnel aurait-il été commis pour commettre un règlement intérieur à la mesure et à la taille de tombi aroko ? il s’en est plutôt brillamment tiré. et tombe aussi la présomption qu’on avait nommé l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Joseph owona a le mérite d’être le ministre le plus capé de Paul biya. il aura assumé la responsabilité des postes les plus stratégiques de la république. il y a deux ans encore, alors qu’il revisitait son parcours de ministre du gouvernement, il a l’humilité de reconnaître que le Ministère de la Jeunesse et des sports aura été le ministère le plus compliqué de sa carrière.

A raison. Même bipoun Woum, le Professeur (un autre !) tournesol, agrégé de droit lui aussi, s’est fait humilier par un certain Maha daher, simple instituteur d’éducation physique, parachuté président de la Fécafoot. Pour venir à bout du prof de muscles, il aura fallu qu’arrivât un certain Makon Weiyong, qui savait toutes les astuces du quartier. avant bipounWoum, et le Pr. Joseph owona, d’autres intellectuels se sont cassé les dents à la Fédé. on connaît la triste histoire vécue avec emmanuel Mvé, ancien capitaine des lions indomptables, avec un autre comité, de gestion provisoire, celui-là. l’ex-sociétaire du Canon de Yaoundé n’a jamais pu présenter les bilans de son comité de gestion. en clair, personne ne voulait de lui. Pas plus que de ses rapports de bonne gestion. on s’est alors aperçu que la fédé était l’affaire de quelques potes, qui attendaient le jour de l’élection pour installer au perchoir l’homme qu’ils avaient choisi. Joseph owona devait la savoir. Que dire donc de tous ces autres candidats qui ont été disqualifiés avant même d’avoir pris le départ de la course.

Joseph Antoine Bell, mauvais perdant

Il est un candidat à la présidence de la Fécafoot qui fait beaucoup de bruit pour rien. il s’est représente quinze ans après, après avoir passé le temps à dormir chez lui. il y a des lustres, il s’est présenté contre un candidat qui sortait de prison, un certain Vincent onana. le Jojo nationale avait pu réunir une équipe de campagne de choc autour de sa candidature, pendant que sa réputation de gardien de buts charismatique et sa cote de popularité auprès des Camerounais lui assurait l’onction de la victoire. Cette fois-là, la candidature de Jojo n’a pas été invalidée. Mais la grande gueule du football camerounais va commettre deux erreurs fatales.

Première bourde : alors que l’élection à la Fécafoot est le fait d’un collège électoral constitué de délégués, bell Joseph antoine va s’user à battre campagne au quartier. au marché central, à sombo et à Pouma, à Yabassi et à babimbi. il oublie de battre campagne auprès des électeurs qui sont à la Fécafoot. la veille de l’élection, il est tellement essoufflé après son gymkhana qu’il a perdu jusqu’à sa verve naturelle. il perd royalement et refuse, même, après sa défaite, de prendre la main voulait en faire son vice-président. Ceux qui ont vécu la scène pensent que Jojo a perdu là une chance de prendre pied à la Fédé.

Deuxième erreur de perdant : d’avoir passé l’essentiel de sa carrière de grand joueur à l’étranger, Jojo a fini par perdre le sens de la loi du terroir. Un de ses agents recrutés pour les besoins de la campagne pour la présidence de la Fédé vient le voir et lui explique une chose simple :

  • « il faut préparer de petites enveloppes pour les délégués électeurs…
  • « Je n’ai pas d’argent…
  • « on peut aller nous endetter, je connais une adresse. tu es presque sûr de passer et, une fois élu, tu pourras facilement rembourser…
  • « Je ne suis pas là pour corrompre les délégués, et je ne mange pas de cette sauce-là…

C’est ainsi que Joseph antoine bell ne sera pas élu à la Fécafoot alors qu’il avait toutes les chances de l’emporter face à Vincent onana qui, de son côté, avait pris la peine de rendre une petite visite aux délégués. nuitamment, dans leur chambre respective, avec une petite enveloppe… C’est malheureusement la règle du jeu au Cameroun de la démocratie avancé. au point que, un délégué de ce collège électoral l’a annoncé lors d’une causerie au quartier : « Personne ne peut battre iya Mohammed à la Fécafoot ! » l’ancien directeur général de la sodecoton connaissait la musique, tous les délégués électeurs mangeaient grassement dans sa main.

Et si Joseph Owona avait Compris….

A l’arrivée, on apprend que les délégués chargés d’élire le futur président de la Fécafoot ont exigé chacun une petite enveloppe en échange de leur bulletin de vote. Ce n’est pas Jojo qui déboursera un tel pactole pour s’assurer les suffrages des délégués. il ne sera donc pas élu ce tour-ci. ni les tours d’après. et Joseph owona n’a pas compris que dans un monde, celui du foot, où la maffia est reine, les choses se gèrent d’une manière autre qu’avec des amphigourismes d’agrégés.

 

 

camernews-Joseph Owona

camernews-Joseph Owona