Le dédouanement des marchandises a repris à Fotokol, jadis fermé suite aux attaques de Boko Haram

Depuis quelques jours, un détachement de douaniers a été autorisé à effectuer les opérations de dédouanement des marchandises à Fotokol, dans l’Extrême-Nord. L’équipe des gabelous récemment mise à disposition pour assumer la double mission de régulation des échanges commerciaux transfrontaliers et de sécurisation du territoire, est actuellement logée dans deux salles de la sous-préfecture.

Le Bureau des douanes de la localité, lui, est encore criblé de balles et d’obus de guerre et n’a pas encore fait sa toilette pour accueillir le retour à la libre circulation des personnes et des biens. « Les recettes ne sont pas encore au plus fort des temps de gloire d’antan », indique la direction générale des Douanes (DGD). En effet, avant sa fermeture en juillet 2014, le Bureau principal des douanes de cette ville frontalière avec le Nigeria occupait la première place du classement des unités douanières de l’Extrême-Nord, voire de tout le septentrion, en termes de mobilisation des recettes budgétaires, avec un peu plus de 2 millions de FCFA par jour.

La DGD rapporte aussi que la vie reprend progressivement son cours normal à Fotokol. Le pont sur le fleuve Elbeid est à nouveau sollicité par les populations transnationales du Cameroun et du Nigéria. Pour l’instant, la circulation sur cet édifice de l’intégration entre les deux pays est limitée aux piétons.