camernews-General-Fouda

LE CONTRE-AMIRAL JOSEPH FOUDA DANS LE VISEUR DE LA MAFIA

LE CONTRE-AMIRAL JOSEPH FOUDA DANS LE VISEUR DE LA MAFIA

Alors que la thèse d’un crime passionnel fait du chemin suite à l’assassinat du sergent Williams Fouda, au niveau des enquêtes au Secrétariat d’etat à la défense en charge de la gendarmerie nationale, dans les chaumières d’autres langues médisantes voudraient insinuer cet acte odieux à des règlements de compte au sein du palais de l’Unité. Ces médisants du soir tentent d’établir cet assassinat avec la récente grogne des éléments du bataillon d’intervention rapide (bir) qui réclamaient en sourdine des distinctions à la suite des premiers actes présidentiels décernant des médailles de la vaillance à certains personnels militaires dans leur engagement au front contre la secte islamiste boko Haram de Aboubakar Shekau.

Selon les potins captés au sein du palais présidentiel d’etoudi à Yaoundé, les listes des personnels militaires devant recevoir la médaille de la vaillance auraient été tripotées. A qui la faute ? est-ce le conseiller technique militaire à la présidence de la République, le général israélien à la retraite, Mayer Heres, patron du bir et de la garde présidentielle, ainsi que tout le monde le sait à Yaoundé, qui aurait personnellement porté la chemise contenant lesdits décrets au chef des armées. Mystère et boule de gomme !

Des avis indiqués au  sein dela grande muette penchent pour une autre hypothèse. Selon une source informée sur le dossier, les confections des listes auraient été faites au cabinet de Edgard Abraham Alain Mebe ngo’o, actuel Mindef, qui s’est rattrapé in extremis dans une situation qui a failli provoquer des mouvements d’humeur au sein de la troupe engégée au front de combat contre la secte terroriste boko Haram.

Une autre version de l’affaire soufflée par une source introduite dans les arcanes du pouvoir, attribue à tort cette grogne sourdine au contre amiral Joseph Fouda, le conseiller spécial très écouté de Paul Biya. l’officier général réputé discret et loyal, paierait le prix de sa proximité avec le Chef de l’etat, au moment où l’effort de guerre est rassemblé par toutes les couches de notre pays pour encourager l’armée au front de combat.

Des contempteurs de l’ancien aide de camp du président de la République est présenté par ces derniers comme celui qui aurait manipulé les listes des personnels militaires devant être décorés pour leurs actes de bravoures dans la guerre contre la nébuleuse boko Haram. Habitué à faire monter des parapheurs sur des dossiers sensibles à lui confiés par le Chef de l’etat, le contre amiral Joseph Fouda serait devenu une cible dans le viseur des réseaux maffieux engagés dans les luttes de positionnement qui battent leur plein avec l’imminence de la formation d’un nouveau gouvernement.

 

camernews-General-Fouda

camernews-General-Fouda