Le Cameroun lance une étude pour comparer sa taxation des communications électroniques avec celle du Sénégal, du Kenya…

Le gouvernement camerounais vient de confier à la société Resytal un contrat de plus de 46 millions de francs Cfa, en vue de la réalisation d’une «étude comparative sur la fiscalité et les prélèvements auxquels sont soumis les opérateurs de certains pays africains ayant le même niveau de développement dans le domaine des communications électroniques, notamment le Kenya, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Ghana».

De sources autorisées, cette étude devrait permettre au Cameroun de tirer des revenus plus importants du développement des communications électroniques observé depuis 10 ans dans le pays. Une expérience déjà vécue par les pays ciblés par le Cameroun dans le cadre de cette étude.

Cependant, avant même de lancer cette étude, le gouvernement camerounais prévoit, dans le cadre du projet de loi de Finances 2016 actuellement en examen au parlement, d’instaurer une taxe sur les communications électroniques.