camernews-eco

Le Cameroun importera 95.000 tonnes d’huile de palme et de ses dérivés en 2017

Le Cameroun importera 95.000 tonnes d’huile de palme et de ses dérivés en 2017

Il est question selon les autorités locales de combler le déficit de la production nationale qui a connu une baisse drastique de 30% ces deux dernières années pour se stabiliser à 130.000 tonnes par an.

Le Cameroun a mal à sa production de l’huile de palme. Malgré l’existence de grandes unités industrielles qui exploitent le palmier à l’huile, la production nationale tourne autour de 270 000 tonnes par an. Pourtant, la demande nationale se situe officiellement autour de 400 000 tonnes. Pour combler les 130 000 tonnes restantes, le pays a recours à l’importation.

Ainsi, pour l’année 2017, le Cameroun pourrait procéder à l’importation de 95.000 tonnes d’huile de palme et de ses dérivés afin de combler le déficit de la production nationale, selon une information donnée par le Comité de régulation de la filière des oléagineux (CRFO) et l’Association des raffineurs des oléagineux du Cameroun (ASROC).

Ces importations, qui se feront à des conditions préférentielles, avec notamment un taux de douane de 5% et une exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), permettront de garantir aux raffineurs locaux la disponibilité de la matière première en vue de la production en 2017, des huiles végétales raffinées, des savons et autres produits dérivés, apprend-on.

En 2016, le gouvernement avait autorisé, aux mêmes conditions, des importations de 60 000 tonnes. A en croire des experts, le passage des importations de 60 000 tonnes à 95 000 en l’espace d’une année laisse croire que ce secteur pourrait connaître plus de difficultés cette année, raison pour laquelle on a anticipé sur une hausse des importations.

Sur le marché, l’on note une légère hausse du prix de l’huile de palme, le litre ayant passé de 600 francs CFA il y a un an à 700 FCFA, voire 750 FCFA actuellement.

Comme début de solution, le Cameroun multiplie des initiatives pour booster sa production. En octobre dernier, le Gouvernement a dépêché en Malaisie une mission composée des fonctionnaires du ministère de l’Agriculture et du Développement rural et des experts de la Camerooon Development Corporation (CDC), une unité agro-industrielle publique exploitant des plantations d’huile de palme dans la Région du Sud-Ouest.

Cette délégation devait s’inspirer des techniques mises sur pieds par ce pays d’Asie dans la perspective d’atteindre un niveau de production locale d’huile de palme de 450 000 tonnes à l’horizon 2020.

camernews-eco

camernews-eco