Le Cameroun et la France dans une relation riche et diversifiée

A l’invitation de son homologue camerounais Paul Biya, le président de la République française, François Hollande, effectue ce jour une visite d’Etat au Cameroun.
Cette rencontre au sommet qui va permettre aux deux chefs d’Etat d’avoir des échanges sur des questions d’intérêt commun, est axée sur trois volets. Au plan politique, le renforcement des liens d’amitié et de coopération fort anciens entre Yaoundé et Paris ; au plan économique, la signature de nouveaux accords de financement de projets de développement, et au plan sécuritaire, la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram.
Intervenant dans un contexte marqué par la recrudescence de la criminalité transfrontalière, œuvre de bandes armées, motivées par des idéologies extrémistes et par l’appât du gain, la visite du président Hollande offre l’occasion aux délégations française et camerounaise d’approfondir la réflexion sur la lutte contre le terrorisme. D’autant que Paris et Yaoundé sont confrontés depuis quelque temps aux attaques de fanatiques de la terreur et de l’horreur. Côté français, on a encore frais en mémoire l’attentat perpétré le 7 janvier 2015 au siège de l’hebdomadaire satirique « Charlie Hebdo » et qui s’était soldé par la mort de douze personnes, ou encore l’attentat commis le 26 juin dernier dans une usine de gaz industriel d’Isère qui a fait un mort.
Quant au Cameroun, il fait face depuis 2014 aux attaques de la secte Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord. Afin de préserver l’intégrité du territoire national, protéger les citoyens et leurs biens, le chef de l’Etat, chef des armées, Paul Biya, a mis en place un dispositif de riposte et de prévention qui a rapidement fait ses preuves, en infligeant de lourdes pertes à Boko Haram. Le terrorisme étant une menace globale, Paul Biya a lancé un appel pour une riposte globale de la communauté internationale, le 8 janvier 2015, alors qu’il recevait les vœux des membres du corps diplomatique accrédités à Yaoundé. L’appel a été bien accueilli par de nombreux pays et organisations internationales dont la France. Son engagement aux côtés du Cameroun est notamment marqué par l’échange de renseignements, la formation des soldats, le soutien aux populations victimes de violence, au travers des dons offerts au Programme alimentaire mondial (PAM). Ces mesures pourraient être renforcées à l’occasion de la visite prévue ce jour.
Outre les défis sécuritaires, les échanges entre les délégations française et camerounaise seront meublés par des questions relatives à la coopération économique et financière. C’est ainsi que seront signés ce jour à Yaoundé au moins quatre accords de financement de projets destinés au développement du Cameroun. La France, il convient de le rappeler, est l’un des principaux partenaires économiques du Cameroun. D’autre part, les deux pays ont un autre défi commun à relever : la relance de la croissance. Les échanges commerciaux desquels se dégage une balance commerciale déficitaire au détriment du Cameroun, les relations consulaires avec entre autres la gestion des flux migratoires, pourraient aussi figurer au menu des discussions entre les membres des deux délégations qui comprennent entre autres des membres du gouvernement, des parlementaires et des investisseurs. Bon à savoir, on évalue à près de 30.000 le nombre de Camerounais vivant en France et plus de 12.000 les Français résidant au Cameroun.
L’agenda international prévoyant la tenue dans les prochains mois d’importantes réunions qui engagent l’avenir de l’humanité, l’on peut penser qu’elles seront évoquées à Yaoundé. Il s’agit, d’une part, de la conférence des Nations unies relative à l’évaluation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et à la fixation de l’agenda post-2015. D’autre part, de la conférence sur le climat prévue en décembre prochain à Paris. Cette conférence devrait marquer une étape dans la négociation du futur accord international qui entrerait en vigueur en 2020. Avec comme objectif que tous les pays, dont les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre, soient engagés pour la première fois par un accord universel contraignant sur le climat.
Alors que le Cameroun attend son hôte de marque pour entonner l’hymne de l’amitié et de la solidarité, Cameroon Tribune revisite pour ses lecteurs les différentes facettes de la relation riche et diversifiée qui lie le triangle national à l’hexagone.