camernews-cameroon-serey-die

Le Cameroun contribue au ternissement de son image

Le Cameroun contribue au ternissement de son image

Après avoir porté à lui seul son équipe sur son dos durant le match crucial contre l’Angleterre, une

fois  de  plus,  l’avant-centre  et  renard  de  surface  Luiz  Suarez  a  fait  parler  de  lui.  Cette  fois  d’une
manière  qui  lui  est  propre.  En  effet,  c’est  la  troisième  fois  que  le  joueur  vedette  de  la  sélection
uruguayenne mord  l’un  de  ses  adversaires.  Il  avait  déjà  été  suspendu  pour  sept matches  en  2010
pour avoir mordu Otman Bakkal, puis pour  10 matches en avril  2013 après avoir mordu le bras de
Branislav Ivanovic. Le caractère répétitif de ce geste, et surtout sa nature même, sont inquiétants. La
morsure est un geste d’une extrême violence qui porte une symbolique très  forte : celle du peu de
respect qu’on accorde à son adversaire.
Scénario similaire pour le milieu de terrain camerounais Alexandre Song, qui lors du deuxième match
du Cameroun contre la Croatie, en Coupe du monde au Brésil, a commis une grosse bourde. En effet,
ce dernier, pris de vitesse par Mandzukic, lui avait assené un violent coup de coude dans le dos. Ce
qui avait conduit à son expulsion de l’aire de jeu. Cette analogie vise à nous permettre de faire une
lecture de la réaction de deux fédérations différentes.
Les deux joueurs ont écopé de suspensions de match et d’amendes. Mais, c’est la différence entre les
réactions qui est impressionnante. De fait, la fédération uruguayenne après la suspension annoncée
de leur joueur, a vivement  protesté  bien  que les  faits  soient  poignants. Et, a  décidé  de  faire appel
contre  cette  décision.  L’entraîneur  de  cette  équipe  est  allé  plus  loin,  en  démissionnant  du  comité
technique de la FIFA pour signifier son indignation face à une telle décision. Les médias uruguayens
et le peuple s’insurgent contre cette décision, accusant les médias anglais l’avoir orchestré. Ce qui a
été également le point de vue de l’entraîneur de l’équipe Oscar Tabarez qui estime que son joueur
permet au médias anglais d’accroitre leur audience en se focalisant davantage sur ses fautes que ses
prouesses comme l’expédition punitive de ce dernier contre l’Angleterre.
S’il est vrai que les performances des Lions indomptables sont loin celles de l’Uruguay, Suarez  tout
comme  Song a  violé  les  règles  du jeu.  Pourtant  la  réaction  des  dirigeants  du  football  camerounais
ainsi  que  celle  du  peuple  sont  surprenantes.  Après  son  coup  contre  Mandzukic,  c’est  sa  propre
fédération qui publie des communiqués volcaniques contre lui, lui qui est la raison de leur présence
au brésil, lui dont ils ont pour devoir de protéger les intérêts. C’est encore cette même fédération qui
livre Assou Ekotto et Moukandjo aux médias, pour un lynchage à nul autre pareil. Même le public à
travers les réseaux sociaux (Facebook notamment) se donne à cœur joie, caricaturant le joueur sous
mille et une  formes. Conséquence, Stéphane Mbia  se  fait  séquestrer et agresser à peine  rentré du
mondial (lui qui a même dénié rentrer). Pire encore, ne sachant pas conserver notre image et surtout
comment  communiquer  en  temps  de  crises,  nous  donnons  l’opportunité  aux  étrangers  comme
CE  Bern Auguste  qui, vêtu  du maillot  des  Lions indomptables, monument  de la  fierté  nationale  du
Cameroun, publie une vidéo sur YouTube où il se permet d’insulter et de couvrir d’anathèmes cette
équipe en la qualifiant je cite d’« EDAP : Équipe Distributeur Automatique de Points, à contacter pour
sortir de votre poule lors des compétitions internationales. » Il continue de plus belle « la délégation
pléthorique de 140 personnes qui est payée sur le dos des contribuables camerounais. » Il  termine
avec ces propos : « pour contacter l’équipe, contacter la Fecafoot BP 1100  Yaoundé Cameroun ». Le
plus déconcertant dans cette vidéo est le fait qu’il tienne une bouteille de bière. Je vous laisse le soin
d’interpréter cet aspect. Voilà comment le Cameroun devient la risée de toute la planète.  Jusqu’où
irons-nous ?*
camernews-cameroon-serey-die

camernews-cameroon-serey-die