LE BUDGET 2015, C’EST UN DOUBLE EMPLOI ET BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN !

LE BUDGET 2015, C’EST UN DOUBLE EMPLOI ET BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN !

Le Budget 2015, c’est beaucoup de bruit pour rien ! Ceux qui ont préparé ce budget n’ont pas confiance à ceux qui font le défendre devant les parlementaires voilà pourquoi le Président de la République a réuni un Conseil de Ministres de moins de 30 minutes pour voter lui-même un autre budget pour une république parallèle ! C’est la preuve si besoin est encore que l’exécutif a perdu le contrôle des finances publiques de l’Etat si ce n’est pas tout l’appareil de l’Etat qui est perdu. La République aujourd’hui se résume au seul Président de la République, tout le système est concentré sur sa personne, en médecine on parlerait d’agonie cette fois elle est politique.

Dans l’extrait de la communication du Président de la République qui a été rendu public, nous avons senti de la vacuité, l’écho d’un vide face aux problèmes que connait la société camerounaise. Le Chef de l’Etat ne peut pas continuer dans une politique de sparadrap au lieu de s’attaquer au problème essentiel : un gouvernement éléphantesque, une politique ultra-libéral dans un pays où 73% de camerounais ne connaissent pas leurs droits et ne peuvent pas les défendre, les fonctions régaliennes de l’Etat sont mise à rude épreuve par les serviteurs de l’Etat. Il y a dans les initiatives du Chef de l’Etat une faillite de la morale dans la mesure où il n’est pas capable de constater que c’est la politique appliquée qui est un problème, plus que le programme c’est tout le logiciel qu’il faut changer.

Après le Conseil de la Magistrature le 18 décembre prochain, il va certainement mettre sur pied le Conseil Constitutionnel qui dans l’ordre des priorités ne représente pas une nécessité pour le peuple camerounais, quid donc du gouvernement, des directeurs généraux des sociétés car c’est par là qu’il faut lancer la croissance, soulager le panier de la ménagère, vider les morgues pour redonner espoir aux camerounais en donnant aux médecins les moyens de faire progresser l’espérance de vie dans notre société. Je suis persuadé que le Président de la République a choisi le chemin du suicide pas que politique, sa politique de « relance » ne repose sur rien, la croissance est un vain mot, il est resté trop longtemps enfermé dans sa bulle à discuter avec Merlin et tout ceci n’enchante plus personne. Il revient aux peuples du Cameroun dans leur immensité majorité de prendre conscience que c’est à eux de dire non si nous voulons que l’agonie s’arrête.

 

camernews-Vincent-Sosthene-Fouda

camernews-Vincent-Sosthene-Fouda