L’Afrique unie pour la préservation de son écosystème

C’est dans le cadre d’une semaine d’activités qui se tiennent à Yaoundé du 15 au 18 juin 201.

Au menu des échanges, des solutions pour la conservation de la flore et de la faune en Afrique.
La lutte contre la criminalité faunique et la protection des Aires protégées en Afrique demeure une préoccupation primordiale des dirigeants. C’est pour cette raison qu’il est organisé du 15 au 18 juin 2015 une série d’activités à Yaoundé pour la préservation du patrimoine culturel des pays africains. La cérémonie d’ouverture s’est tenue le lundi 15 juin par le Ministre camerounais des forêts et de la faune, Philip Ngole Ngwese. L’agenda prévoit la tenue ce mercredi d’une session extraordinaire du Conseil des ministres de l’Ocfsa. Parmi les articulations majeures des travaux, il est prévu la signature de l’accord de siège de l’Organisation pour la conservation de la faune sauvage en Afrique (Ocfsa) au Ministère des relations extérieures (Minrex).
Dès le lundi 15 juin, les experts se penchent sur

la problématique de la protection des aires protégées en Afrique. Ainsi, le Réseau des aires protégées d’Afrique centrale, en abrégé, Rapac a organisé la 5ème édition des journées des aires protégée (Jap). Selon Anatolio Ndong Mba, président du Rapac, «cette 5ème édition des Jap devra contribuer à l’amélioration de la compréhension et application de la gouvernance et la gestion des aires protégées en Afrique centrale et contribuer ainsi à l’atteinte des objectifs du plan stratégique d’Aichi au niveau mondial ». il s’agit également d’un moment d’échange des expériences sur les modes de création et de gestion des aires protégées a-t-il ajouté. La 5ème édition des Jap est placée sur le thème : «Gouvernance et gestion des aires protégées : solution inspirantes, novatrices et durables ». Cette édition est placée selon les organisateurs sous le signe de la responsabilité Sociétale et Environnementale. Sur le plan méthodologique elle s’est déroulerée via des séances plénières et sessions parallèles, le Vernissage (État des Aires Protégées (EdAP) 2015), les stands d’exposition-vente, la signature du panneau Eco-Responsable, les Remises du Prix 360°+ et de plusieurs autres distinctions y inclus les éco gardes et les conservateurs.
Les pays membre du Rapac abritent le 2ème bassin forestier tropical du monde. La superficie couverte des aires protégées est estimées entre 53 et 57 millions d’hectares. Encore insuffisante pour les experts. En ce qui concerne le Cameroun, son réseau d’aires protégées couvre une superficie d’environ 9.124 millions d’hectares soit 19.20 % du territoire national. Le Cameroun consacre environ 20% de son territoire à la conservation de la biodiversité. Le double de ce que prévoit la convention sur la biodiversité soit 10% par pays.
La clé sera mise sur le paillasson le vendredi 18 juin 2015 avec la cérémonie d’ouverture de la 15ème réunion des associés du partenariat pour les forêts du bassin du Congo (Pfbc). Cette rencontre est organisée par le gouvernement camerounais avec l’appui des Etats unis du Pfbc. Le thème de la réunion est «Écosystèmes du Bassin du Congo : capital naturel, producteur de valeur économique et moteur de croissance verte pour le bien-être de ses populations».