L’affaire Gisèle Alima- Martin Belinga Eboutou crée des remous au sein du CCD

L’affaire Gisèle Alima- Martin Belinga Eboutou crée des remous au sein du CCD

Que se passe-t-il encore au sein de l’équipe dirigeante du Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD)? Serait-on tenté de se poser la question.Il nous souvient cette scabreuse et honteuse affaire qui oppose Gisèle Alima à Martin Belinga Eboutou, l’actuel directeur du cabinet civil de M. Biya qui, pendant son séjour Onusien à New-York, aurait assujetti notre compatriote Gisèle Alima à l’esclavage domestique avant de l’abandonner quelques temps après à son triste sort aux USA.

Cette cynique affaire après avoir fait couler beaucoup d’encre et de salive de par son aspect affligeant et révoltant surtout lorsqu’on sait qu’elle émane d’une personnalité de très haut rang, peut-être la deuxième…, même si ladite prééminence se situe dans le cadre d’une République bananière, semble encore faire des vagues.

Le caractère incongru et surréaliste du sort réservé à Mme Gisèle Alima était bien évidemment de nature à déclencher un débat qui allait enflammer l’opinion publique notamment la presse et les réseaux sociaux, suscitant au passage des appréciations et prises de positions diverses y compris par les observateurs les plus avisés. Nous voguions alors de communiquer en démenti, le conseil de M. Belinga ayant mis tous les moyens pour tenter de peindre le noir en blanc.

M. Jean-Pierre Djemba, alors Secrétaire Général du Conseil des Camerounais de la Diaspora(CCD), fera à l’occasion une sortie dans la presse et les réseaux sociaux au cours de laquelle il soutiendra mordicus que le bon sens force à croire que M. Belinga Eboutou ne soit pas capable d’un acte aussi odieux, et donc selon lui les affabulateurs se trouvaient dans le camp adverse. C’était sans compter avec la détermination et la minutie de M. Patrice Nouma, président de l’association l’ŒIL du Cyclone et soutien actif de la victime Mme Gisèle Alima, qui allait déployer par la suite le rouleau compresseur à travers analyses et enquêtes dignes du FBI, pour mettre définitivement à nu M. Martin Belinga Eboutou.

Mais entre-temps cette affaire Gisèle Alima-Belinga Eboutou, comme une bombe à fragmentation impactera sur le CCD au sein duquel des Camarades de M. Jean-Pierre Djemba lui reprocheront le fait d’avoir, pour quelque raison que ce soit…y compris de probité intellectuelle, voler au secours de cet homme sur lequel repose entièrement le régime dictatorial de M. Biya, régime dont les affres et abus ne se comptent plus.

Au cours de la dernière Assemblée Générale Extraordinaire du CCD tenue le 12 juillet 2014 présidée par M. Paul Yamga, M. Jean-Pierre Djemba, qui a encore du mal à croire qu’un Homme se trouvant à un tel niveau de responsabilité dans notre pays et jouissant de tous ses sens puisse être l’auteur d’une telle tragédie, aura eu le temps d’exprimer sa méprise voire naïveté face à cette affaire avant de proposer d’en tirer toutes les conséquences militantes afin notamment de rétablir la sérénité et la cohérence au sein de l’équipe dirigeante du CCD.

Ayant donc remis son poste de Secrétaire Général en jeu, il a été remplacé à cet effet par M. Daniel Yombo au sein du bureau exécutif du Conseil des Camerounais de la Diaspora(CCD) que préside M. Robert Waffo Wanto.

Paris le 31 juillet 2014

 

camernews-AG_CCD

camernews-AG_CCD