camernews-lady

Lady Ponce sur les traces de Miriam Makeba

Lady Ponce sur les traces de Miriam Makeba

L’orpheline Miriam MAKEBA, formée dans une chorale buissonnière, est devenue star planétaire, après son spectacle d’anniversaire dans la salle LA CIGALE à Paris. LADY PONCE, la star incontestée de la musique camerounaise et africaine, elle aussi orpheline, formée dans le tas dans une chorale d’anonymes, donne un spectacle pour les dix ans de sa carrière à LA CIGALE, l’une des salles de concerts les plus prestigieuses du monde, construite en 1887.
La carrière de LADY PONCE, c’est le conte de fée d’une petite orpheline pieuse, programmée pour être religieuse, qui entend une voix intérieure lui demander de prendre le chemin de la citadelle artistique, pour poursuivre l’œuvre de sa mère cantatrice qui l’avait initié avant de décéder.
Façon tonnerre grondant, son premier album intitulé  » le ventre et le bas ventre » crée l’électrochoc dans l’horizon musical camerounais en obtenant le trophée de meilleure voix et révélation en 2007. L’astre LADY PONCE annonce déjà les couleurs qui illuminent une carrière supersonique et galactique. Trophée de meilleure artiste en 2008, elle enchaîne avec les récompenses et les albums à succès et est élevée le 20 mai 2014, jour de la fête nationale camerounaise, chevalier de l’ordre de la valeur, par le chef d’État.
Plusieurs fois numéro 1 au hit- parade de TRACE TV avec les titres  » poisson fumé, o bale ma, ça là, devine avec KOFFI OLOMIDE », LADY PONCE multiplie plusieurs tournées dans le monde entier. Sa prestation scénique n’a pas d’égal : coups de reins, passements de jambes, roulettes, équilibre, il y a du RONALDO et du MESSI quand elle danse. La pureté de sa voix savoureuse enivre jusqu’aux battements de cœur. La symphonie des mélodies chaloupées donne du vertige.
Sculptée telle une œuvre d’art des mains de Dieu jusqu’au bout des ongles, LADY PONCE donnera la possibilité à ses fans de la toucher, le temps d’un rêve éveillé, pour remonter le temps d’une carrière de dix ans, à travers les dédales d’un répertoire de musiques anthologiques, avec des effets magiques, dans une salle magnifique.
Par J. RÉMY NGONO
Une seule date à réserver dans votre calendrier : 21 janvier 2017 à la CIGALE.

 

camernews-lady

camernews-lady