camernews-andre

L’activiste nationaliste André Blaise Essama est sorti de prison ce vendredi 30 septembre

L’activiste nationaliste André Blaise Essama est sorti de prison ce vendredi 30 septembre

En Mars dernier, le Tribunal de première instance de Douala (Bonanjo) lui a infligée la peine de 6 mois de prison ferme pour dégradation de bien public. L’activiste nationaliste, l’ayant purgé, est sorti ce vendredi 30 septembre.

Il s’est forgé une sacrée réputation en prônant ses idéaux « nationalistes » non sans y lier des actes qui ne lui ont pas seulement valu des applaudissements d’admirateurs.  André Blaise qui devrait en principe quitter  la prison centrale de New-Bell ce vendredi 30 septembre 2016, ne promet alors récidiver, lui qui est pour l’anéantissement du joug colonial. Son conseil, le Me Momo en profite pour remercier ceux qui de près ou de loin ont témoigné leur soutien à l’activiste, notamment le directeur Afrique du National democratic institute (Ndi), Christopher Fomunyoh, pour l’aide financière apportée.

Accusé de destruction de bien public en l’occurrence la statue du Général français Leclerc qui trône au cœur du quartier administratif Bonanjo, André Blaise Essama a été condamné à 6 mois de prison ferme le 4 juillet 2016 par la juge Vicky Mbangue du Tribunal de première instance de Douala-Bonanjo mais aussi à payer plus de 2 millions de Francs Cfa au titre de dommages, intérêts et amende. Il purgeait ainsi sa seconde condamnation pour destruction de bien public, bien qu’il avait déjà passé plus de trois mois à New-Bell. Engagé dans un combat pour la restauration de la mémoire des héros nationaux du Cameroun, l’homme dit servir l’honneur de la patrie, bien qu’il ne soit compris de tous. Il demande d’ailleurs aux autorités camerounaises de baptiser les rues et autres édifices à leurs noms et de remplacer les statues érigées en mémoire des personnalités étrangères par les leurs.