La touche des femmes au boulevard du 20 mai

Elles ont honoré de leur présence le défilé tant militaire que civil et ont été soutenues par la première dame, Chantal Biya. Qui mieux que la femme sait soutenir en toute circonstance? Sa seule présence suffît pour réchauffer les cœurs surtout dans les moments les plus difficiles. Et hier au boulevard du 20 mai à l’occasion de la célébration de la 43eédition de la Fête nationale de l’unité, elles n’ont pas dérogé à la tradition. En commençant par la première dame camerounaise, Chantal Biya toujours présente aux côtés de son époux. Toutes chapelles et corps de métier confondus, elles ont répondu à l’appel de l’Unité nationale. Au défilé, la touche féminine a été fortement appréciée par les applaudissements au cours de leur passage. « Elles sont toutes belles et charmantes dans leur tenue. Je suis heureux de savoir qu’elles combattent aussi bien que les hommes. Les voir marquer le pas comme des hommes tant dans les rangs des forces de maintien de l’ordre que dans les formations politiques donne du plaisir», confie un spectateur. A l’entame du défilé militaire, le public venu nombreux au boulevard du 20 mai a pu ainsi admirer les pas savamment cadencés et le savoir-faire du colonel Brigitte Biwole, chef d’état-major de la légion de gendarmerie du Centre, et pour la circonstance Commandant en second des troupes dans la salutation du drapeau. Dans le même sillage, les jupes de couleur gris pétrole et chemisettes bleu ciel bien ajustées avec un béret rouge des dames du premier détachement de la Gendarmerie nationale dans le passage n’ont rien émoussé dans la justesse des mouvements. Dans le deuxième détachement réservé aux femmes militaires de la brigade du quartier général, les amazones ont donné un bref aperçu du travail qu’elles abattent sur le terrain dans l’ordre et la discipline. Dans l’armée de l’air comme dans la marine, le corps des sapeurs-pompiers en passant par la douane, l’administration pénitentiaire, la police et les anciens combattants, la gent féminine a fait feu de tout bois pour donner le meilleur d’elle même. « Dans l’armée comme dans les partis politiques, tout fonctionne dans la durée quand elles sont aux commandes », indique un haut commis de l’Etat, originaire de la Bénoué.. Comment oublier la forte participation des militantes qui ont fait fi de leur appartenance politique dans leur soutien aux forces de défense dans la lutte contre Boko Haram. En bonnes conseillères, dans leurs différents messages, elles ont salué l’union des peuples dans la diversité. Dans les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) ou encore du Social Democratic Front (SDF) par exemple, leur présence massive a témoigné de leur adhésion aux valeurs de l’Unité nationale.