La statue du Général Leclerc vandalisée à Douala. L’activiste André Blaise Essama soupçonné

Le suspect a été entendu jeudi à la Direction de la surveillance du territoire. Il préfère voir à la place de l’officier français la statue de Ruben Um Nyobè

La statue du général Leclerc n’est plus à sa place. Elle a été arrachée de la Place du Gouvernement, à Bonanjo, le quartier administratif de Douala dans la nuit du 1er au 2 juillet 2015. L’activiste André Blaise Essama habitué à malmener cette statue a dans un premier temps revendiqué l’acte jeudi après-midi sur sa page facebook.”Je viens d’être convoqué à la Direction de la surveillance du Territoire où je subis en ce moment un interrogatoire musclé pour l’accueil que j’ai réservé au président François Hollande en décapitant son grand père à Bonanjo …on me somme de remettre sa tête pour qu’on me libère…Je refuse en exigeant que la France me porte plainte et non le Cameroun et je suis prêt à être devant les Juges de la Justice. Signé: EAB 16 H 00 à Bonanjo j’écris depuis ma cellule en face du tribunal militaire Bonanjo.

Pourtant, ce sont des propos contraires à ceux-ci qu’Essama va tenir. Voici ce qu’il déclare en début de soirée sur la chaîne de télévision Canal2 international. « Le délégué du gouvernement Ntonè Ntonè, après avoir fait ce qu’on a vu à la communauté urbaine, cet incendie, m’accuse d’avoir décapité le monument du général Leclerc. S’il m’a vu moi aussi je l’ai vu aussi brûler la Communauté urbaine de Douala ». Il affirme ensuite que c’est la statue du nationaliste camerounais Ruben Um Nyobè qui devait trôner à la Place du gouvernement. L’oeuvre artistique représentant le père de l’indépendance du Cameroun a été confectionnée voilà quelques mois à Douala. Elle est grande de 2 mètres 10 et pèse 170 kilogrammes.