La sanza, petit piano à pouces venu d’Afrique

L’instrument, d’origine typiquement africaine, a été popularisé grâce à des artistes camerounais comme Francis Bebey.

Francis Bebey. Journaliste, écrivain mais surtout musicien de talent, né en 1929 et mort 82 ans plus tard. S’il a contribué à porter haut la voix du Cameroun et de l’Afrique sur les scènes du monde, c’est grâce à sa dimension plurielle. En 2002, sa fille, Kidy, a d’ailleurs publié un ouvrage chez L’Harmattan intitulé « Francis Bebey : l’homme orchestre ». Une étiquette qu’il n’aura pas usurpée. Il maniait avec dextérité plusieurs instruments de musique parmi lesquels, la sanza, planche de bois de taille variable munie de lamelles de métal qu’on fait vibrer avec les pouces (d’où son nom de piano à pouces).

Un modèle de sanza. ©Droits réservés

Cette semaine, Journalducameroun va justement à la découverte de la sanza, dont les origines se trouveraient dans la Vallée du Zambèze, au Gabon et au Cameroun. L’histoire de cet instrument serait liée à la mélancolie. Hugo Zemp, ethnomusicologue, raconte dans un de ses ouvrages que Dieu a inspiré la construction de la sanza à un homme malheureux et accablé par la solitude. « Assieds-toi ici. Lorsque tu commenceras à jouer, les gens viendront vers toi», aurait soufflé Dieu à l’homme seul. Et ce fut le cas selon la légende. Lorsqu’il commença à jouer, les gens l’entourèrent et ne voulurent plus le quitter. Ainsi, dans certaines cultures africaines, le pouvoir envoûtant de la sanza serait davantage destiné à l’homme malheureux, qu’à l’homme joyeux.

Au Cameroun, la sanza fait quand même danser. Elle est très présente dans les sonorités des peuples des grassfields (notamment le mangambeu). Pierre Didy Tchakounté, Saint Bruno et bien d’autres en sont ses pratiquants les plus fidèles. Et, comment ne pas parler de Jack Djeyim ? Le guitariste gaucher revendique également une expérience singulière avec la sanza. Il a consacré tout un album à cet instrument : « Sanza trio family », sorti en 2012.

Conçue de différentes manières, la sanza, de la grande famille des idiophones, est utilisée dans plusieurs pays du monde entier, notamment d’Amérique du Sud. Depuis plusieurs décennies, le mot a fait son entrée dans les dictionnaires de la langue française. On le doit certainement à Francis Bebey…encore lui. Cet artiste a permis de populariser la sanza à travers le monde. Il lui a d’ailleurs consacré tout un album intitulé, Psychédélic sanza.

La sanza, petit piano à pouces venu d’Afrique à lire aussi sur Journal du Cameroun.