La photo camerounaise se donne une nouvelle image

Le point de presse en prélude à la tenue des Journées nationales de la photographie qui se tiendront du 03 au 07 novembre prochain a été présidé à Yaoundé, par le ministre de la Communication

 

L’annonce a été faite au cours d’un point de presse présidé par le ministre de la Communication? Issa Tchiroma Bakary. Durant trois jours, le Cameroun sera sous les projecteurs de la photo professionnelle. Une grande première que voudrait réaliser la Ligue des photographes camerounais (LIPHOC) à travers une innovation, la tenue du 03 au 07 novembre 2015, des Journées nationales de la photographie.

Placé sous le patronage du chef de l’Etat camerounais, l’événement se tiendra au palais de Congrès de Yaoundé. Au programme, trois grands points à savoir: une exposition photo, un atelier de formation et un colloque.

 

Comme objectif dans le viseur, susciter la professionalisation du métier.

D’après Issa Tchiroma Bakary,la tenue d’un tel événement est « une contribution à l’édification de la société, une valorisation du savoir-faire des photographes et surtout une occason de les mettre en scène ». Dans son propos, le ministre de la Communication a fait remarquer que ces journées seront une fois de plus, l’occasion de percevoir la photographie tel, « un outil de conscience individuel au service du présent et de l’histoire ».

En effet, l’exposition photo sera placé sous le thème: « Images et développement du Cameroun »]. Selon Victor Yéné, le chargé de l’exposition, les images que le public sera amené à découvrir, seront placées sous le une thématique, celle des projets émergents ». A travers des clichés d’une beauté insoupçonnée les visiteurs auront droits à des photographies des grands chantiers du pays. On parle entre autres du chantier naval, du nouveau stade, du barrage sur différent site à Limbé. Des travaux sur le deuxième pont sur le Wouri à Douala, ainsi que des images des pose de premières pierres…

 

La course au professionnalisme est lancée.

Pour Fabrice Ngon, le responsable de l’atelier de formation de ces journées l’heure est au défi de la professionnalisme, dans un contexte dans lequel de nombreux photographes ne sont pas formés. Occasion pour lui et d’autres professionnels faire une mise au point à travers plusieurs activités. Au parmi les différentes articulations de cet atelier, professionnels et amateurs pourront recevoir des notions fondamentales de prise de vue, découvrir des modèles contemporains d’appareils photographiques et aussi apprendre comment le photographe pourrait s’adapter à l’ère du numérique.

Pour la LIPHOC, exposer et former ne suffit pas. « Il faut se pencher sur les aspects scientifiques de la profession » comme l’a suggéré Joséphine Abomo,responsable de la commission colloque qu organisera un débat axé sur le thème: [i »Photographie et développement au Cameroun. Regards croisés des professionnels et des scientiques »]. Des échanges qui pour Joséphine Abomo, permettront de poser« un regard différent sur la photographie. Un outil d’aide à la connaissance »

Rendez-vous a été pris pour les 03 et 07 novembre prochains, 1500 participants sont attendus.