La paroisse de Yaoundé de l’Eglise presbytérienne camerounaise orthodoxe toujours fermée

Suite à un conflit qui oppose deux responsables depuis 2012, la structure n’a plus jamais ouvert ses portes.

C’est un calme plat qui règne ce lundi matin à la paroisse de Yaoundé-Philadelphie de l’Eglise presbytérienne camerounaise orthodoxe (EPCO) au quartier Ekounou. L’édifice, scellé depuis le 27 avril 2012 par le sous-préfet de Yaoundé IV de l’époque, Nji Yampen Ousman, est en état de délabrement, d’abandon et envahi par de mauvaises herbes à la devanture. A l’origine, un désaccord datant de 2009 entre le Rev. Dominique Nga, modérateur de la paroisse EPCO Yaoundé Philadelphie Ekounou, du synode Sudcam et le pasteur Dominique Andjongo, Sg de l’EPCO. Trois ans après la pose des scelles, la paroisse s’apprêtait  à rouvrir ses portes le 16 août dernier avant d’être fermée à nouveau par le préfet du Mfoundi. « Après la fermeture de l’église en 2012, les deux parties en conflit avaient engagé un contentieux à la Chambre administrative de la Cour suprême où la fraction du Rev. Nga Dominique, modérateur de la paroisse EPCO Yaoundé Philadelphie Ekounou, avait eu gain de cause le 09 juillet 2014 », confie le sous-préfet de Yaoundé IV, Martin Locko Motassi. Et d’ajouter : « Cette faction avait donc ouvert l’église sous l’ordonnance de la justice quelques jours avant la reprise des activités prévue le 16 août pour faire le ménage. Le Sg de l’EPCO craignant de nouvelles disputes, nous a informés. Le préfet saisi de l’affaire a, à travers un arrêté datant du 13 août 2015, suspendu les activités de cette église jusqu’à nouvel avis ».

Le but étant de permettre aux deux protagonistes de s’accorder sur la situation.  Ce qui n’est probablement pas près d’arriver. D’après un responsable du collège protestant des frères unis de Yaoundé, situé dans l’enceinte de l’église querellée, le modérateur de la paroisse EPCO Yaoundé Philadelphie Ekounou, du synode Sudcam, est actuellement dans la région du Sud du pays tandis que le Sg de l’EPCO est en France. Pour l’heure, les fidèles de l’EPCO s’abreuvent de la parole de Dieu à Mehandan vers Nsimalen où une autre paroisse a vu le jour après la fermeture de la paroisse de Yaoundé-Philadelphie.

Pour mémoire, c’est en 2009 que le torchon avait commencé à brûler entre le synode Sudcam, presbytère Yaoundé Béthanie et le synode Centre-Est, tous deux de l’église presbytérienne camerounaise orthodoxe (EPCO). Gérée en interne, l’affaire avait pris une autre tournure avec l’interruption le dimanche, 22 avril 2012 du culte de la faction Sudcam, à la paroisse d’Ekounou par le sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé IV de l’époque, Nji Yampen Ousmanou quand les parties en sont venus aux mains. En effet, le Sg de l’EPCO reprochait au modérateur de vouloir créer un consistoire n’appartenant pas à leur synode à Yaoundé.