La Foire internationale de Douala lancée

Le ministre du Commerce, représentant le Premier ministre, a ouvert solennellement la Fidd hier, 5 avril.

Sarah et Florence peuvent sourire. Un visiteur vient de prendre deux articles sur leur stand, spécialisé en produits de massage. D’autres passants semblent intéressés, notamment par ces babouches pourvues de pierres polies, censées vous masser la plante des pieds pendant la marche. Juste à côté, Robyn, autre vendeuse, a déjà placé « deux centrifugeuses », machines servant à préparer des jus de fruits naturels. D’autres appareils, filtres à eau, congélateurs, etc. meublent son espace. Pour les tenants de ces stands comme pour des dizaines d’autres, les affaires ont déjà commencé à la Foire internationale de Douala pour le développement (Fidd).
C’est dans cette ambiance que le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, représentant le Premier ministre, a ouvert solennellement la foire hier, 5 avril, en présence d’autorités locales, d’invités et de la presse.
Pour le Mincommerce, le gouvernement se félicite du choix du thème de cette 8e édition (« Développement dans le cadre des Ape, de l’Agoa et des accords commerciaux internationaux »), qui met en exergue « la corrélation entre la promotion des échanges commerciaux et le développement ». Selon M. Mbarga Atangana, cette édition interpelle pour une exploitation judicieuse et vertueuse des accords commerciaux internationaux conclus par l’Etat du Cameroun, « gage de l’émergence de notre économie et de notre pays, tel que prescrit et instruit par le chef de l’Etat ».
Le Mincommerce a ajouté que l’Ape conclu avec l’Union européenne ou l’Agoa (avec les Etats-Unis) doivent s’analyser respectivement comme une opportunité et une aubaine. Au final, un défi est lancé aux opérateurs économiques locaux : occuper l’espace ainsi négocié par l’Etat, et procurer des emplois durables aux Camerounais, jeunes notamment, dans la production agricole, agro-industrielle et industrielle. Sont visés, les marchés européen et nord-américain, avec des retombées en devises qui impacteraient positivement sur le développement du Cameroun et le bien-être des populations.
Ouverte jusqu’au 16 avril prochain, la Fidd se veut un espace propice à la consommation des produits « made in Cameroon », qu’ils proviennent de l’artisanat, de l’agro-pastoral ou de l’industrie. En outre, relèvera le ministre du Commerce, cette foire « donne une visibilité majeure aux Pme ».