La fibre optique jouera la CAN 2016

Grâce à un plan de déploiement de cette infrastructure dans les stades et les hôtels de la compétition, pour un coût de près d’un milliard de FCFA.

Le ministère des Postes et télécommunications étudie encore le déploiement des infrastructures de télécommunications et des TIC pour la Coupe d’Afrique des nations de football de 2019. Mais il sait exactement ce qu’il a à faire pour la CAN féminine de l’année prochaine.
Jean-Pierre Biyiti bi Essam a présenté son projet à la quatrième réunion du comité de préparation des deux compétitions, tenue dans les services du Premier ministre, le 28 juillet 2015. Yaoundé et Limbé sont les deux villes où devra être mise en œuvre le cahier de charges de la Confédération africaine de football (CAF), notamment la mise à disposition des services de téléphonie, de fax, d’internet fixe et sans fil, et de retransmission des matchs.
La fibre optique sera l’atout-majeur du Minpostel. Les sites ciblés à Yaoundé comprennent le stade omnisports, les bureaux locaux de la FiFA et de la CAF. Le Centre d’excellence de la CAF de Mbankomo bénéficiera également d’un raccordement. A Limbe, le stade omnisports flambant neuf, les hôtels Seme Beach, Fini et Atlantic ont été retenus pour bénéficier d’une extension de la fibre optique. Pour ce projet, les études ont déjà été réalisées, et ont retenu un coût prévisionnel de 350 millions de FCFA. L’appel d’offres est en cours de publication. C’est la même réalité pour le câblage en fibre optique, en cuivre et en Wifi. Le marché pour sa réalisation est en cours de publication. Les études effectuées portent sur le stade omnisports de Yaoundé, et le Centre d’excellence de la CAF de Mbankomo. Devis estimatif des travaux : 300 millions de FCFA.

Pour la retransmission des matchs, avec des signaux audio-visuels de qualité pour les télévisions du monde qui seront braquées sur l’Afrique, et principalement le Cameroun, le Minpostel a entrepris l’acquisition, l’installation et la mise en service des encodeurs-décodeurs pour les stades de Limbe et de Yaoundé. Ici aussi, les études ont été réalisées, et le dossier d’appel d’offres est prêt. La prestation sera rémunérée à hauteur de 99 millions de FCFA. L’ensemble des projets lancés par le ministère des Postes et télécommunications pour la CAN 2016 représente une enveloppe de 947 millions de FCFA.
Ce qui n’a pas été dit à la 4e réunion du Comité de préparation des CAN 2016-2019, c’est le niveau d’implication des acteurs privés du secteur de la téléphonie mobile que sont MTN, Nexttel et Orange. Mention n’a pas été faite de l’instauration d’une plateforme de travail pour que ces entreprises se préparent à l’augmentation du trafic, voire la surcharge de leurs réseaux. Il est juste indiqué que : « Dans la perspective d’une augmentation prévisible de la demande en bande passante pendant la période de la compétition, un renforcement du débit Internet et une mise à niveau des équipements internes sont envisagés en 2016 dans l’ensemble des sites de Yaoundé, Mbankomo, Limbe et Buea ».
S’agissant de la CAN 2019, Jean-Pierre Biyiti bi Essam a lancé le 14 juillet 2015, un appel d’offres pour le recrutement d’un cabinet spécialisé devant mener les études pour le déploiement des infrastructures de télécommunications. L’ouverture desoffres est programmée pour ce jour 7 août 2015. Il reste moins de quatre ans pour la CAN de football Cameroun 2019.