La douane camerounaise resserre les contrôles aux frontières avec le Nigeria, pour éviter une propagation de la grippe aviaire déclarée dans ce pays

Sur instructions des autorités camerounaises redoutant une propagation de la grippe aviaire déclarée au Nigeria, le directeur général des douanes, Edwin Fongod Nuvaga (photo), vient de prescrire le renforcement des contrôles le long de la frontière avec ce pays voisin, et enjoint à ses collaborateurs « de procéder à la saisie et à la destruction des poussins et des œufs importés du Nigeria ».

Ces mesures visent à préserver la filière avicole locale qui peine déjà à se relever des épizooties de grippe aviaire déclarées dans le pays en 2016 et 2017, et qui ont fait perdre près de 16 milliards de francs CFA aux opérateurs, selon les estimations de l’Interprofession avicole du Cameroun (Ipavic).

Fort de ces pertes et du ralentissement général des activités des aviculteurs, depuis bientôt 2 ans, le poulet de chair se fait rare sur les étals des marchés du pays, et les prix très peu abordables pour les ménages modestes.

BRM