La camerounaise Express Union Group et ses filiales désormais assujetties à la surveillance de la Cobac

Dans le cadre de la mise en œuvre du règlement n°01/15/Cemac/Umac/Cobac, relatif à la supervision des holdings financières et à la surveillance transfrontière, le Secrétaire général adjoint de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), Christian Ouanzin, a organisé récemment à Libreville, un atelier de travail réunissant Express Union Group et ses filiales.

Il a indiqué qu’il est question de l’inclusion de la société de microfinance camerounaise, holding financière implantée dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), et détentrice de cinq filiales de microfinance dans la zone (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon et au Tchad), dans le périmètre des établissements assujettis à la surveillance sur base consolidée de la Cobac

Christian Ouanzin a aussi précisé qu’en dehors des filiales de la Cemac, celle de monnaie électronique implantée en Côte d’Ivoire (Qash services) et en République démocratique du Congo sont placées sous la surveillance d’un organe de supervision bancaire. Il a invité les représentants de la holding à une franche collaboration avec la Cobac, en vue d’une meilleure connaissance du groupe Express Union dans sa globalité et d’une meilleure appréciation de son profil de risque.

Express Union est une société financière de droit camerounais créée en 1997 avec pour siège social Yaoundé. A l’origine, elle est spécialisée dans l’envoi rapide d’argent et son rayon d’action est le territoire camerounais dont elle est leader sur le marché. Depuis 2006, la société a obtenu un agrément de la Cobac et du ministère camerounais des Finances pour la création d’une structure de microfinance de seconde catégorie.