Kyé-Ossi : la ville qui ronfle

L’absence du courant électrique à Kyé-Ossi impose à chaque habitant de s’octroyer un groupe électrogène. Du coup à longueur de journée ces générateurs ronflent faisant de grand bruits.

Curieusement la ville de Kyé-Ossi, située à quelques encablures du barrage hydroélectrique de Memve’ele est sans électricité. Dans chaque coin de la ville, un groupe électrogène ronfle. Ce sont ces machines qui alimentent les domiciles et commerces en énergie électrique. La situation perdure au point de donner à Kye-ossi les allures d’une ville fantôme.

Pour Pierre Tchinda, habitant de Kyé-Ossi, « c’est incroyable. Les autorités ne se gênent même pas face à ce genre de situation. C’est honteux pour ceux qui ont des mandats électifs ils doivent démissionner sans aucune autre forme de procès« .

D’énormes pertes économiques

Le manque à gagner journalier est inestimable. Les populations évoquent avec regret le départ de quelques grosses industries comme Congelcam qui faisait pourtant la fierté de la ville.

Des poids lourds partis parce-qu’ils dépensaient beaucoup d’argent en terme de carburant.
Du coup l’activité économique tourne au ralenti. Aucune affaire sérieuse ne peut prospérer à Kye-ossi à cette allure.

Selon Philippe Owona, habitant de Kyé-Ossi, « les conséquences sont énormes et se situent à tous les niveaux. Pour être alimenté à la boutique ou à la maison on débourse environ 18000 francs par mois. Donc vraiment il y’a cette situation ici à la frontière« .

Un vrai contraste avec la ville voisine Ebebiyin

Finalement le Cameroun est un vrai pays des paradoxes. À la nuit tombée Kyé-Ossi et Ebebiyin la première ville de la Guinée Equatoriale sont assimilés à Tanga nord et Tanga sud.

Des clichés qui finissent par nourrir des préjugés et à créer des complexes entre les camerounais de Kye-ossi et leurs voisins.