Kund’Eyala revient par Douala

Le groupe sort de l’ombre après une dizaine d’années à travailler en backstage.

« C’est dans tes racines que tu trouveras la force de comprendre. » C’est l’une des maximes du groupe camerounais Kund’Eyala. La formation musicale effectue son retour sur le devant de la scène après dix ans, pas de silence mais « à travailler sur des projets futurs », comme l’explique Aristy B, l’un des membres. Et parmi ces projets, un album à venir pour l’année prochaine, en 2016, « La Griffe mature ». En prélude à cette sortie officielle, Kund’Eyala, mélange de bassa et de duala, traduisez liberté d’expression, vient de mettre sur le marché le maxi-single « Wakalina ». Et Douala a été choisi pour le lancement de l’opus. Douala où cette production a été préparée pendant un an dans le studio du groupe au quartier Akwa.

« Wakalina », avec ses trois titres, vogue entre la Côte d’Ivoire, le Nigeria et le Cameroun en termes de rythmes. Parce qu’il faut le dire, les racines dont parle Kund’Eyala ne se limitent pas à la terre de leurs ancêtres : « Notre source d’inspiration, c’est la culture africaine. Notre concept est africain et nous nous battons pour cela depuis 1995 », précise Aristy B. En effet, à l’origine, Kund’Eyala est une association culturelle, un syndicat hip-hop dans lequel Lady B fera son entrée plus tard. On retrouve d’ailleurs la rappeuse dans le titre éponyme du maxi-single, « Wakalina », un morceau à la gloire de la femme africaine. Une composition qui rappelle les Magic System, avec une voix masculine qui se rapproche même des cordes d’Asalfo, le leader du groupe ivoirien. Autre chanson de cette production musicale, « Pour mieux t’aimer », reprise du titre original de Nana Mouskouri, dans un style proche de la déferlante Naija.

Ce prélude ne laissera peut-être pas un grand souvenir dans les mémoires, mais connaissant la qualité des travaux de Kund’Eyala, visible dans leurs deux précédents albums, « Okikou » et « Le Son du griot », on veut bien s’attendre à mieux lors de la sortie de « La Griffe mature » l’année prochaine. Surtout d’un ensemble dont le leitmotiv est « la libération de l’Afrique de ses vices et maux ». Ensemble dont les membres les plus mis en avant pour cette production sont Aristy B et Rhalym S.