camernews-kribi

Kribi: Les chauffeurs de motos-taxis contestent les mesures du Sous-préfet de Kribi II

Kribi: Les chauffeurs de motos-taxis contestent les mesures du Sous-préfet de Kribi II

Ils ont observé une grève mercredi 28 septembre 2016 pour s’opposer à cette mesure qui leur interdisait de garer leurs engins le long du marché Ngoe-Nkolbiteng.

Après Douala, c’est à Kribi que les motos-taximen ont décidé de manifester leur colère. En grève le mercredi, ils entendaient protester contre une mesure du sous-préfet de Kribi II leur interdisant de garer leurs engins le long du marché Ngoe-Nkolbiteng. Un  lieu pourtant très prisé par une  forte clientèle, principalement féminine.

Selon le quotidien Le Messager du jeudi 29 septembre 2016, les manifestants, environ trois cents, ont barré la route pendant près d’une demi-heure, avant de décider de prendre d’assaut les services du Préfet de l’Océan, afin que soit impérativement apportée une solution à leur problème. Aussi, après une descente sur le terrain, le Préfet a décidé de sursoir «provisoirement» les décisions administratives du Sous-préfet de Kribi II, et par ricochet, celle du Délégué du Gouvernement.

Toutefois, les chauffeurs de  motos-taxis devront observer quelques règles. «Je voudrais que ceux qui se garent à cet endroit soient en chasuble. Cela est valable pour un mois, en attendant qu’un endroit soit aménagé par la Communauté Urbaine de Kribi pour le stationnement», a tranché l’autorité administrative. Saisissant par la suite cette occasion, le Préfet du Département de l’Océan a passé un message plutôt consciencieux à ses interlocuteurs. «Respectez le Code de la route. Car, avec le trafic au port, les risques d’accident vont s’accroitre si vous ne circulez pas bien. Dotez-vous de permis de conduire et soyez des citoyens exemplaires», a conseillé le Préfet de Kribi.

Signalons qu’aux alentours de ce marché, aucun espace parking n’est aménagé. Et c’est sans surprise qu’une solution pérenne reste attendue pour pallier cette situation. «Nous allons trouver une solution satisfaisante et définitive pour tout le monde, pour la préservation de la paix sociale dans notre localité», rassure tout de même le Préfet.

camernews-kribi

camernews-kribi