camernews-samedi

Kribi – Affaire Edwige Keutchiamen: Le présumé chef de gang innocente un suspect

Kribi – Affaire Edwige Keutchiamen: Le présumé chef de gang innocente un suspect

L’homme d’affaires et ex-compagnon de la victime, a été déclaré innocent par le cerveau du gang, mettant le juge dans l’embarras.

 

Une fois encore, l’affaire Edwige Keutchiamen vient de connaitre un nouveau rebondissement La jeune femme, âgée de 21 ans, avait été assassinée alors qu’elle portait une grossesse gémellaire de sept mois. Après une énième audition des principaux suspects de ce meurtre, des sources très proches du dossier affirment que le chef de gang, le nommé Bekalé Eyelé Arnaud qui était passé aux aveux complets, se serait rétracté quant au commanditaire de ce meurtre.

Dans la parution du mardi 20 juin 2017, le quotidien Le Messager souligne que dans un premier temps, il avait indexé le neveu de la défunte, le nommé Mougang Jean-Paul, avant de jeter son dévolu sur Tchinda Basile, un homme d’affaires prospère, par ailleurs ancien compagnon de la victime. Et c’est dans un courrier adressé le 29 mai dernier au 2ème juge d’instruction que le présumé chef de gang, se dédouane de cette affirmation. « Monsieur le juge, … je déclare que le nommé Tchinda Basile n’est pour rien dans de problème de vol et d’assassinat qui nous amène en prison. Je vous prie de bien vouloir prendre en considération cette décharge et le mettre en liberté… », peut-on lire dans le courrier en question.

Interrogé sur les raisons de son accusation, le présumé chef de gang avoue avoir incriminé un innocent dans cette affaire, pour se faire de l’argent mais  aurait été rattrapé par sa conscience : « Monsieur le juge étant déjà en prison, la charge d’un innocent pèse sur ma conscience… Cette déclaration a été faite sans pression ni paye », soutient Bekalé Eyelé dans sa missive.

Suite à cette volte-face, l’association « Enfants du monde – Cameroun » a adressé une correspondance au ministre de la Justice en date du 15 juin dernier, dans laquelle elle  fait part de son indignation et exige mise en liberté provisoire de M. Tchinda, indique Le Messager.

Par ailleurs, l’autopsie du corps de la défunte reste attendue et sa dépouille toujours gardée dans les tiroirs de la morgue de l’hôpital de district de Kribi.

camernews-samedi

camernews-samedi