Kisito Eloundou. ?introduire Siani dans l?entre jeu?

L’entraîneur de football donne les clés de l’affiche de vendredi prochain contre la Mauritanie évoquant aussi le match amical contre la France.

Faut-il se satisfaire de la prestration des Lions Indomptables lundi dernier contre la France à Nantes ?

C’est un match qui s’est joué dans une mauvaise période. Il est intervenu à quelques jours d’un autre match plus important, celui contre la Mauritanie, vendredi prochain. Face à la France, les Lions Indomptables ont livré une rencontre mitigée. C’était un match hautement stratégique. Chaque sélectionneur voulait à priori vérifier son agenda. Pour les Lions, le plus important étant à Nouakchott, ne pensons pas qu’on a dominé la France. Elle nous a laissé le ballon, essayant de jouer par àcoups et chaque fois que nous revenions au score, elle plantait un autre but. Je dois vous dire que le choix fait par Didier Deschamps était de ne pas aller audelà de 60% dans les efforts avec ses joueurs à quelques jours de l’Euro. Se satisfaire de cette défaite, c’est prendre le Cameroun au rabais. Ces joueurs jouent dans les mêmes championnats. Il y a certains Lions Indomptables qui ont déjà participé à des compétitions plus grandes que les Français. Vincent Aboubakar a déjà deux Coupes du Monde dans ses jambes, il y a des joueurs français qui n’ont pas encore fait cette compétition. Au lieu de jubiler, il faudrait se remettre résolument au travail. J’ai relevé beaucoup d’efforts du sélectionneur dans son souci de bâtir une belle équipe. Il est à son 3ème match avec le Cameroun. Il a connu des défections et des forfaits qui pouvaient le déstabiliser. Mais, il est resté concentré pour constituer quelque chose qui pourra payer dans les jours à venir.

Quel regard portez-vous sur la performance individuelle des 17 joueurs utilisés pas Hugo Broos ?

Dans les buts, le jeune Fabrice Ondoa à une fois de plus démontré qu’un gardien de buts doit rester souverain dans son petit rectangle. Il a eu raison sur deux ou trois face à face contre les attaquants français, ce qui est bon signe. En défense, l’absence de Nicolas Nkoulou s’est fait ressentir. Le jeune Adolph Teikeu a encore beaucoup de choses à apprendre même si son association avec Chedjou ne l’a pas beaucoup aidé. Depuis qu’il est dans les Lions Indomptables, Aurélien Chedjou joue au « Sénateur », il veut faire des choses qui peuvent être évitée. Une de ces erreurs a failli nous coûter un but. C’est la première fois qu’ils ont joué ensemble. Mandjeck a été infernal au milieu. Le jeune Toko Ekambi a impressionné à un poste qui n’était pas le sien comme l’exige le football moderne. Un joueur ne doit plus être figé à un poste. Il faut être capable de rendre service dans tout compartiment. J’ai été satisfait par notre attaque, notamment par le premier but au terme d’une action d’école à la suite de plusieurs combinaisons et dédoublements. Toutefois, j’ai trouvé ces attaquants par moments un peu désordonnés.

Le match amical est derrière nous, vendredi prochain, place à la Mauritanie à Nouakchott. Quelle recette pour venir à bout de cet adversaire?

Les Lions doivent s’attendre à un match couperet. Ils vont jouer en altitude et ça ne sera pas aisé. Sachant qu’un nul l’éliminerait presque, la Mauritanie va tout faire pour remporter ce match. Il faut que nos joueurs soient bien mentalement et psychologiquement. Après le match test, le coach a pu voir ce qui manque à son équipe. Pour moi, il n’y a pas grande chose à changer. Peut-être introduire Sébastien Siani dans l’entre jeu. Il offrira plus de variété dans le jeu par rapport à Enow Eyong. Il pourra une nouvelle fois s’appuyer sur Toko Ekambi qui a démontré de bonnes choses. Choupo-Moting pourra être placé derrière l’avant-centre car, il est plus dangereux à cette position du fait de sa maîtrise technique. On a des arguments pour pouvoir gagner ce match. J’espère voir la même détermination car, nous avons des joueurs ondoyants dans notre équipe. C’est le cas de Vincent Aboubakar, un coup, il vous fait un bon match pour ensuite décevoir. Nous connaissons assez bien les vestiaires pour savoir que c’est un monde d’hypocrites.