camernews-Parmigiani

Joseph Owona et la Fecafoot ont-il déjà remis la montre de marque Parmigiani comme l´exige la FIFA ?

Joseph Owona et la Fecafoot ont-il déjà remis la montre de marque Parmigiani comme l´exige la FIFA ?

Le 24 octobre 2014 est la date butoir fixée par la Chambre d’investigation du Comité éthique de la Fifa á laquelle le Cameroun et chacun des 31 autres pays ayant pris part á la coupe du monde Brésil 2014 doivent restituer les montres de luxe de marque Parmigiani d´une valeur de 19 000 euros, offertes par la Fédération brésilienne de football en marge du Congrès de la Fédération internationale en juin 2014.

Selon nos confrères britanniques du Sunday Times qui les premiers révèlent  au grand public ces cadeaux de luxe,”l’instance brésilienne avait distribué à l’époque un sac contenant notamment des montres de la marque Parmigiani aux 28 membres du Comité Exécutif de la Fifa, aux représentants des 32 équipes qualifiées pour le Mondial2014 au Brésil et aux 10 membres de la Confédération sud-américaine”.

“Placé au fond d’un sac déposé dans leur chambre du Grand Hyatt Hotel, un hôtel cinq étoiles de Sao Paulo, ce cadeau estimé à 25.000 francs suisses a surpris le Britannique Jim Boyce, membre du comité, qui a déclaré avoir eu «le choc de sa vie» en découvrant la montre”, précisent l´hebdomadaire britannique.

Certains représentants “arrosés” de ces montres de luxe, á l´instar de Sunil Gulati (USA), Moya Dodd (Australie), Theo Zwanziger (Allemagne) et le Prince Ali bin al-Hussain (Jordanie) ont décidé de rendre l’affaire publique, alors que ceux de l´Afrique et notamment, celui du Cameroun, en la personne Joseph Owona, président du comité de normalisation de la fédération camerounaise de football restent motus et bouche cousue. Or, l’homme fort de la normalisation avait assisté en juin 2014 aux congrès de la CAF et de la FIFA qui se tenaient à Sao Paulo, au Brésil. Kaham Michel et plus tard, Owona Pascal Baylon et David N’Hanack Tonye l´accompagnaient á ce double congrès.

Cependant, sous d´autres cieux où les bonnes manières ont un sens, la polémique que cette révélation a suscitée au sein de la FIFA et chez certains dirigeants de fédérations les a poussée á remettre ce curieux cadeau avant que la Chambre d’investigation du Comité éthique de la Fifa ne les somme en fixant la date du 24 octobre comme date butoir pour restituer ces montres de marque. Même Michel Platini, président de l´EUFA, qui un temps, voulait jouer au dur, a décidé de se plier à cette injonction.

Comme pour amadouer les récalcitrants, la Chambre d’investigation du Comité éthique de la Fifa a tenu á préciser qu´elle “n’engagera pas de procédures contre les officiels qui auront restitué les montres Parmigiani reçues de la CBF au Secrétariat de la Chambre d’investigation au plus tard le 24 octobre».

Pour le président de la Chambre d’investigation du Comité éthique de la Fifa et ancien procureur américain, Michael J. Garcia” les membres de la FIFA ne devaient pas accepter des cadeaux qui auraient plus qu’une « valeur symbolique ou modique ».

Bien avant l´ouverture du mondial Brésilien, le comité d´éthique avait été saisi par le secrétariat général de la FIFA sur la possibilité de remettre aux membres du comité exécutif 56 montres de la marque Hublot. Cette fois-ci encore, Michael J. Garcia et son collègue de la commission d’audit et de conformité, Domenico Scala, avaient répondu qu’ »un tel cadeau serait contraire au code de l’éthique de la FIFA ».

Au final, la FIFA et ses dirigeants nationaux ne recevront ni les montres de luxe de marque Hublot, ni celles de marque Parmigiani, à cause de Domenico Scala et Michael J. Garcia, deux “messieurs propres ” de la FIFA qui veulent assainir la maison faitière du football mondial qui fourmille de scandales.

La Fifa précise qu´une fois toutes les montres de marque Parmigiani rassemblées, celles-ci seront vendues et les fonds récoltés serviront à financer des projets sportifs au Brésil.

Le 24 octobre 2014 est la date butoir fixée par la Chambre d’investigation du Comité éthique de la Fifa á laquelle le Cameroun et chacun des 31 autres pays ayant pris part á la coupe du monde Brésil 2014 doivent restituer les montres de luxe de marque Parmigiani d´une valeur de 19 000 euros, offertes par la Fédération brésilienne de football en marge du Congrès de la Fédération internationale en juin 2014.

Selon nos confrères britanniques du Sunday Times qui les premiers révèlent  au grand public ces cadeaux de luxe,”l’instance brésilienne avait distribué à l’époque un sac contenant notamment des montres de la marque Parmigiani aux 28 membres du Comité Exécutif de la Fifa, aux représentants des 32 équipes qualifiées pour le Mondial2014 au Brésil et aux 10 membres de la Confédération sud-américaine”.

“Placé au fond d’un sac déposé dans leur chambre du Grand Hyatt Hotel, un hôtel cinq étoiles de Sao Paulo, ce cadeau estimé à 25.000 francs suisses a surpris le Britannique Jim Boyce, membre du comité, qui a déclaré avoir eu «le choc de sa vie» en découvrant la montre”, précisent l´hebdomadaire britannique.

Certains représentants “arrosés” de ces montres de luxe, á l´instar de Sunil Gulati (USA), Moya Dodd (Australie), Theo Zwanziger (Allemagne) et le Prince Ali bin al-Hussain (Jordanie) ont décidé de rendre l’affaire publique, alors que ceux de l´Afrique et notamment, celui du Cameroun, en la personne Joseph Owona, président du comité de normalisation de la fédération camerounaise de football restent motus et bouche cousue. Or, l’homme fort de la normalisation avait assisté en juin 2014 aux congrès de la CAF et de la FIFA qui se tenaient à Sao Paulo, au Brésil. Kaham Michel et plus tard, Owona Pascal Baylon et David N’Hanack Tonye l´accompagnaient á ce double congrès.

Cependant, sous d´autres cieux où les bonnes manières ont un sens, la polémique que cette révélation a suscitée au sein de la FIFA et chez certains dirigeants de fédérations les a poussée á remettre ce curieux cadeau avant que la Chambre d’investigation du Comité éthique de la Fifa ne les somme en fixant la date du 24 octobre comme date butoir pour restituer ces montres de marque. Même Michel Platini, président de l´EUFA, qui un temps, voulait jouer au dur, a décidé de se plier à cette injonction.

Comme pour amadouer les récalcitrants, la Chambre d’investigation du Comité éthique de la Fifa a tenu á préciser qu´elle “n’engagera pas de procédures contre les officiels qui auront restitué les montres Parmigiani reçues de la CBF au Secrétariat de la Chambre d’investigation au plus tard le 24 octobre».

Pour le président de la Chambre d’investigation du Comité éthique de la Fifa et ancien procureur américain, Michael J. Garcia” les membres de la FIFA ne devaient pas accepter des cadeaux qui auraient plus qu’une « valeur symbolique ou modique ».


Bien avant l´ouverture du mondial Brésilien, le comité d´éthique avait été saisi par le secrétariat général de la FIFA sur la possibilité de remettre aux membres du comité exécutif 56 montres de la marque Hublot. Cette fois-ci encore, Michael J. Garcia et son collègue de la commission d’audit et de conformité, Domenico Scala, avaient répondu qu’ »un tel cadeau serait contraire au code de l’éthique de la FIFA ».

Au final, la FIFA et ses dirigeants nationaux ne recevront ni les montres de luxe de marque Hublot, ni celles de marque Parmigiani, à cause de Domenico Scala et Michael J. Garcia, deux “messieurs propres ” de la FIFA qui veulent assainir la maison faitière du football mondial qui fourmille de scandales.

La Fifa précise qu´une fois toutes les montres de marque Parmigiani rassemblées, celles-ci seront vendues et les fonds récoltés serviront à financer des projets sportifs au Brésil.

 

 

camernews-Parmigiani

camernews-Parmigiani