Johannesburg: mobilisation pour un Cameroun indivisible

Militantes et militants du RDPC se sont retrouvés samedi dernier dans la cité économique sud-africaine.

C’est par dizaines qu’ils se sont retrouvés le samedi 12 août dernier au 77 Darwin Road, Wendywood de Sandton près de Johannesburg, bravant parfois le  froid de cette fin de saison hivernale qui recouvre la nation arc-en-ciel, venant ainsi des différents structures de base de cette sous-section et même des trois sous-sections que compte leur parti en Afrique du Sud. Ils ont pour certains, parcouru des centaines de kilomètres pour cette cause. Ils, ce sont les militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). C’est ainsi que dans le cadre des travaux statutaires de leur organe de base, et sous la direction du président de sous-section, George Sama Sambit, ils ont voulu, comme ils l’ont chanté et déclaré dans les différents discours, indiquer que le RDPC existe plus que jamais en Afrique du Sud. Pour les militants de cette formation politique, il était question au cours de cette rencontre qui intervenait moins d’une semaine après les événements malheureux survenus à la mission diplomatique du Cameroun à Pretoria, de faire entendre leurs voix et indiquer que leur parti reste plus que jamais debout. Et en la matière, George Sama s’est voulu clair « Le Cameroun est une nation une et indivisible et le restera ». Pour le responsable de la sous-section locale, « le RDPC et le président Paul Biya restent les seuls à pouvoir diriger le Cameroun dans la paix, la stabilité et la prospérité ».
Prenant la parole à cette occasion, le président de la section RDPC d’Afrique du Sud, Pascal Monkam n’a pas dit autre chose lorsqu’il a affirmé : « Le Cameroun, sous la direction de Son Excellence Paul Biya se veut une nation debout. Un pays qui continue de promouvoir la liberté, malgré sa diversité : un pays qui avance ». Il est question aujourd’hui de se tourner vers les défis du parti et du Cameroun.