camernews-Francoise-Foning

JEAN ROBERT WAFO : « J’AI TOUJOURS EU DU RESPECT POUR…

JEAN ROBERT WAFO : « J’AI TOUJOURS EU DU RESPECT POUR MADAME FRANÇOISE FONING MALGRÉ LE FAIT QUE NOUS NE PARTAGIONS PAS LES MÊMES CONVICTIONS POLITIQUES »

Elle était une militante convaincue de son parti, jusqu’à sa mort. Je me rappelle que face au torrent républicain qui avait conduit aux  villes mortes en tout début des années 90, elle avait été pratiquement la seule militante de son parti à descendre dans la rue à Douala avec la tenue du RDPC pour clamer haut et fort et à qui voulait l’entendre son attachement à son parti et sa fidélité à son champion. La plupart de ses camarades avaient battu en rase campagne. Cette fidélité a manifestement été payante car elle demeure à ce jour l’une des rares  femmes de son parti à être Présidente chez les hommes.

Sur le plan purement humain, ceux qui l’ont côtoyée disent d’elle qu’elle était généreuse et sensible. Ma pensée va vers sa famille et plus particulièrement ses enfants et petits-enfants qui, depuis l’annonce de sa mort, vivent un drame insoutenable.

Sur le plan institutionnel, elle a été maire de la commune d’arrondissement de Douala 5ème durant deux mandats. Elle entamait d’ailleurs sa troisième mandature à ce poste. Quant à sa gestion de la mairie, c’était très discutable. Mais ce n’est pas le moment de revenir sur cet aspect. Chacun a son revers dans la vie. Qu’on l’ait aimée ou pas, qu’on l’ait détesté ou pas, quand on revisite son parcours, le moins que l’on puisse dire d’elle est qu’elle a marqué la scène politique camerounaise durant plus de deux décennies. Elle était une femme politique coriace. Elle était une femme politique redoutable. Elle était une femme politique tout court. Que son âme repose en paix.

 

camernews-Francoise-Foning

camernews-Francoise-Foning