camernews-jen-ping

Jean Ping: «Le monde entier connaît qui est le président de la République: c’est moi, Jean Ping»

Jean Ping: «Le monde entier connaît qui est le président de la République: c’est moi, Jean Ping»

Le candidat contestataire de la dernière élection présidentielle a tenu une conférence de presse dans son domicile vendredi pour exiger un recomptage des voix bureau de vote par bureau de vote.

Alors que la situation sociale est des plus précaires à Libreville, la capitale du Gabon, Jean Ping, le candidat malheureux à la dernière présidentielle, continue de clamer que c’est lui le Président du Gabon. «Le monde entier connaît qui est le président de la République: c’est moi, Jean Ping », a-t-il déclaré. Il s’est montré également touché par la situation qui prévaut actuellement dans le pays.

«En tant que président élu, je suis naturellement très préoccupé par la situation de notre pays qui évolue vers un chaos généralisé. Aussi j’en appelle à la responsabilité des uns et des autres, afin que le pays retrouve le chemin de l’apaisement», a-t-il dit, avant d’ajouter: «Je sais que l’apaisement ne peut survenir que si la vérité des urnes (…) est rétablie et respectée sur la base du comptage des voix, bureau de vote par bureau de vote tel que nous le souhaitons», rapporte Jeune Afrique.

Pour Jean Ping, il s’agit là d’une exigence formulée par «le Conseil de sécurité de l’ONU, l’Union européenne, l’Union africaine, la France et les États-Unis». En face, le pouvoir gabonais refuse catégoriquement ce recomptage, invoquant la loi électorale du pays, qui ne prévoit pas cette procédure.

En rappelle, les Gabonais ont voté le 27 août pour désigner leur président lors d’un scrutin à un tour. Mercredi en fin de journée, la commission électorale a donné la victoire au chef de l’État sortant Ali Bongo Ondimba avec 49,80% des voix devant son principal adversaire Jean Ping (48,23%), qui conteste les résultats et revendique la victoire. Depuis l’annonce de la réélection de M. Bongo, le pays est en proie à des troubles ayant fait au moins cinq morts.

camernews-jen-ping

camernews-jen-ping