Jean Michel Nintcheu accuse Elimbi Lobè de «tribalisme primaire» et d’ «indiscipline caractérisée»

Le patron du parti de John Fru Ndi dans la région du Littoral n’a pas digéré le fait que son camarade présente un candidat autre que celui qu’il soutenait à la dernière élection du 6ème adjoint au maire de Douala 5ème.

La dernière élection à la tête de la mairie de Douala 5ème n’en finit pas de diviser le Social democratic front (Sdf). Deux des principaux protagonistes de cette querelle se sont affrontés par presse interposée. Ils ont échangé leurs flèches dans les colonnes du journal Le Messager édition du jeudi 13 août 2015. Jean Michel Nitcheu, le président du Sdf dans la région du Littoral, estime qu’Abel Elimbi Lobè, conseiller municipal à Douala 5ème et secrétaire national adjoint à la communication du parti fait preuve d’  « indiscipline caractérisée »  et  que son comportement est  d’une extrême gravité. Le député estime que son camarade est soit atteint de démence, soit  a envie de se suicider politiquement. S’agissant de l’élection proprement dite, Nitcheu   s’étonne de ce qu’en tant que membre du Comité exécutif national du Sdf Elimbi « ait une telle méconnaissance des textes du parti ».

Il soutient que dans les statuts du Sdf, les maires et leurs adjoints sont investis ou désignés par la commission des investitures. Il indique qu’Elimbi a bien bénéficié  de ces textes pour devenir       en 2013 être adjoint au maire de Douala 5ème. Nitcheu rappelle qu’Elimbi fait l’objet de procédures disciplinaires « pour ses dérapages dans les médias » et lui suggère de quitter leur parti s’il n’est pas en phase avec ses textes. Car , clame-t-il  « le Sdf est un parti où l’on respecte la discipline. Les militants ne décident pas eux-mêmes de s’investir à des postes sans l’aval de la hiérarchie ». Selon le patron du Sdf dans le Littoral Elimbi « s’est mis hors-jeu de lui-même à travers ses prises de position caractérisées par un tribalisme primaire par rapport à la composition sociologique de Douala 5ème. Ce qui est un paradoxe par rapport à cette population qui l’a élu et qu’il essaye de tourner en dérision. Ce camarade scie tout simplement la branche sur laquelle il est assis », déclare-t-il.

En réponse, Elimbi Lobè crie à la mascarade au sujet du choix du candidat Sdf au poste de 6ème adjoint au maire de Douala 5ème. « Michel Nintcheu et tous ceux qui vont avec lui ont cru bon de venir nous présenter par une alchimie contestable Carlos Ngoualem comme le candidat investi par le parti, sans présenter  à personne ni à nous-mêmes, ni à l’opinion, la supposée lettre d’investiture dont pouvait jouir Carlos Ngoualem pour que tout le monde juge de l’authenticité de la manœuvre », se défend-t-il non sans accuser  accuse Ngoualem d’immoralité. Il serait en procès au Tribunal de Douala-Ndokoti pour avoir détournement la somme de 3 050 000 Francs Cfa représentant les frais de de caution de candidats du Sdf à un récent scrutin national.

Elimbi se présente comme un homme propre soucieux de défendre l’éthique et la transparence au sein du Sdf.  « J’appartiens à une école qui s’oppose à un Sdf qui servirait de rente à d’autres. J’appartiens à une catégorie de militants qui refusent que le Sdf soit une monnaie d’échange dont les bénéfices iraient dans les poches de quelques personnes qui, en réalité ne vivraient que de cela : l’argent que la politique leur apporterait », conclut-il.