Jacques-Henri Eyrault: « Nous pouvons apporter notre savoir-faire »

Président de l’Olympique de Marseille, en visite de travail au Cameroun

 

De quoi avez-vous parlé avec les acteurs du football camerounais ?
Nous avons rencontré le Premier ministre pour parler du développement du football au Cameroun, notamment de l’Académie nationale de football, un projet que je trouve ambitieux. Il va clairement dans le bon sens, celui d’un développement d’équipes de jeunes et d’une élite qui doit permettre d’afficher des résultats de très haut niveau. Notre volonté est de mettre la formation au cœur de notre stratégie. Ça veut dire trouver des partenaires, notamment en Afrique, qui vont nous accompagner dans nos efforts de détection, de définition d’un projet professionnel pour les jeunes joueurs, en respectant leur parcours pédagogique et leur progression.
Comment cela se décline-t-il ?
Par exemple, en envoyant des techniciens à Marseille pour découvrir et comprendre les méthodes de notre encadrement technique. Nous avons aussi à apprendre des méthodologies et de la philosophie de jeu que le Cameroun développe auprès de ses jeunes. Nous sommes conscients de l’importance de tout ce qui touche à la santé dans le football, à la préparation physique, et à la prévention des blessures… Nous pouvons peut-être apporter notre savoir-faire. Notre attente est d’identifier, aux positions qui nous semblent importantes, des talents qui auraient des qualités pour intégrer certaines de nos équipes de jeunes et notre équipe professionnelle. Nous voulons donner leur chance à des jeunes talents camerounais.