camernews-Issa-Tchiroma

ISSA TCHIROMA BAKARY SUR LES TRACES D’AUGUSTIN KONTCHOU KOUEMEGNI ?

ISSA TCHIROMA BAKARY SUR LES TRACES D’AUGUSTIN KONTCHOU KOUEMEGNI ?

L’actuel ministre de la communication semble excellé dans le mensonge gouvernemental. Paul Biya serait fatigué de ses flatteries.

D’Henri Bandolo, Mbombo Njoya, joseph Charles Ndoumba, augustin Kontchou, jaques Fame Ndongo, jean Pierre Biyiti Bi essa, ebenezer Njoh Moulle, Pierre Moukoko Mbonjo, jamais les hommes de médias n’ont autant souffert des manoeuvres d’un ministre de la communication depuis l’arrivée d’Issa Tchiroma à la tête de ce département ministériel. Les observateurs affirment que c’est dans le seul but de faire bonne image auprès du prince au moment, où on annonce plus que jamais un remaniement ministériel qui va redistribuer les cartes. si ses prédécesseurs ont été plus expérimentés et aptes dans leur domaines, il va sans dire que Kontchou et Issa Tchiroma se sont perdus sur un terrain politique dont-ils n’ont été que des bonimenteurs de circonstances juste pour servir le pouvoir et préparer leur seconde vie.

En politique, il n’y a pas d’amis permanents ni d’ennemis permanents a-t-on souvent coutume d’entendre, et le Rdpc a emboité le pas à cet adage en nommant un opposant à la tête du ministère de la communication fusse-t-il d’un parti politique dit proche du pouvoir.

Dans cette optique, autant s’aligner derrière un régime avec qui vous partagez les mêmes idéaux que de s’embrigader dans un monde d’intérêts puis perdre sa dignité politique en pliant l’échine au passage d’autres opinions. Ce qu’Issa Tchiroma Bakary leader du FNsC n’a pas compris dans ses manoeuvres pour faire bonne presse devant Paul Biya, on dirait que notre chef de l’état avait besoin d’un tel service. Entre 1990-1996, le Professeur augustin Kontchou Kouemegni s’est perdu dans ce même tourbillon politique pour défendre le chef de l’état, encore qu’à son époque, cela valait la peine devant l’ouragan politique qui passait dans notre pays à l’amorce du processus démocratique en Afrique qui a fait trembler tous les régimes africains.

Pour plaire au chef de l’état, le grand prof a poussé le bouchon très loin en exposant au passage Paul Biya pour dire aux Camerounais de vive voix que la mallette d’argent destinée aux Lions indomptables qui participaient au Mondial 1994 aux usa, s’était perdue démystifiant un détournement des deniers publics par le président de la République qui ne pouvait pas voler plus bas que ça pour vivre.

Une intelligence fourbe qui a permis au chef de l’état de le sortir du gouvernement par la petite porte, alors que l’homme fort de Baham se prenait pour un incontournable dans le gouvernement de Biya.

Le cas Issa Tchiroma Bakary préoccupe les Camerounais

Ancien locataire des prisons de Kondengui et Yoko pour des raisons politiques liées à la tentative d’insurrection de 1984, deux ans après la démission de l’ancien chef de l’etat ahmadou ahidjo. Issa Tchiroma Bakary reste une force politique en instabilité permanente au Cameroun. Après un naufrage qui l’a contraint à l’exil au Nigeria, il rentre au Cameroun en 1990 et intègre les rangs de l’uNdP. Ils étaient au nombre de 04 à avoir été réhabilité par le chef de l’état pour enterrer la hache de guerre de la mutinerie du 06 avril 1984 : Bello Bouba Maïgari, ahmadou Moustapha, Issa Tchiroma Bakary et dakolé daïssala respectivement ministres du développement industriel et commercial, ministre de l’urbanisme et de l’habitat, ministre des transports et ministre des postes et télécommunications.

Quelques années après, la mésentente avec Bello Bouba va pousser ahmadou Moustapha et Tchiroma à créer l’ANDP jusqu’à leur sortie du gouvernement en 1997. Après une traversée du désert longue de 12 ans l’ingénieur des chemins des chemins de fer va rentrer dans une réflexion profonde pour chercher à gagner encore la confiance de Paul Biya. Difficile de joindre les deux bouts à bord d’une Mercedes 200 de couleur noire qui avait perdu son attrait fréquemment en panne sèche. L’actuel ministre de la communication va profiter d’une période politique très dure pour le chef de l’état avec la chute de sa cote de popularité, et l’affaire des biens mal acquis en Europe. Les émeutes de la faim de février 2008 vont l’enfoncer davantage. Tchiroma profitera de cette occasion du siècle pour défendre farouchement le chef de l’état par médias interposés jusqu’à sa nomination le 30 juin 2009 comme patron de la communication.

Notamment les affaires

Ses communications autour des affaires Bibi Ngota, Vanessa tchatchou, la situation dans l’extrême-nord, les enlèvements répétés des occidentaux, affaire Marafa, opération épervier, les voyages de Paul Biya en Europe, affaire Bapès Bapès, va irriter les observateurs et les hommes de médias. Aujourd’hui son avenir au sein du gouvernement s’écrit en pointillés.

 

camernews-Issa-Tchiroma

camernews-Issa-Tchiroma