camernews-yaounde

Intempéries: Les inondations dictent leur loi dans certains quartiers de Yaoundé, la capitale

Intempéries: Les inondations dictent leur loi dans certains quartiers de Yaoundé, la capitale

Les eaux ont envahi cette semaine plusieurs habitations du quartier Elig-Edzoa.

La situation est assez embarrassante pour les populations surtout en cette période de classe: des inondations qui font leur nid dans certains quartiers de Yaoundé, la capitale du Cameroun. Le quotidien Le Jour numéro 2268 rapporte qu’en date du 13 septembre dernier, de nombreux domiciles au quartier Elig-Edzoa ont connu de fortes inondations. «Au lieu-dit Shell Elig-Edzoa par exemple, la tristesse et la désolation sont visibles en cette fin de matinée chez plusieurs habitants du quartier», rapporte le journal dans ses colonnes.

Les habitants qui s’apprêtaient à aller à l’école pour les enfants et au travail pour les parents ont été tous coincés par une pluie qui semblait passagère. Il était 7 heures du matin. 30 minutes après le début de cette pluie qui s’est révélée être une averse, de nombreux habitants sont allés se réfugier au niveau de la station-service du quartier et dans les buvettes du coin. L’intempérie a duré près de 3 heures de temps.

«La grande pluie qui s’est abattue le 13 septembre dans la capitale a été sans pitié pour Isidore Ngono et toute sa famille. Le domicile de ce commerçant situé à côté d’un ruisseau qui coule en face du poste de police d’Elig-Edzoa n’était pas accessible hier à 11h à cause des eaux qui sont montées presqu’au niveau des fenêtres. Les trois enfants ne sont pas allés à l’école. Ils ont aidé leur papa à arranger sur le trottoir une bonne partie de leurs effets. Parmi les effets, il y avait les matelas, les appareils électroniques, les bouteilles de gaz», relate le quotidien.

Dans ce quartier, pas moins de 100 maisons ont été plongées dans ces inondations. Et la situation dure depuis le début de la saison des pluies. «Nous ne dormons plus paisiblement parce qu’il pleut abondamment ces derniers temps», a déclaré une sexagénaire.

camernews-yaounde

camernews-yaounde