camernews-visa-delsey-valise-trolley

IL VOLE L’HÉRITAGE DE SON VISITEUR

IL VOLE L’HÉRITAGE DE SON VISITEUR

L’histoire se déroule le 15 février 2014 à Garoua. Rendu à Ndjamena où il est allé aux obsèques de son père Mahamat Adoum, ingénieur des ponts et chaussées au génie militaire décédé en décembre 2013, Abdouramane Mahamat, bagagiste au port autonome de Douala fait une escale chez son ami Ousmaïla, résidant au quartier Poumpoumré. Celui-ci se montrant affligé par son malheur, lui propose le gite et et le couvert pour son court séjour à Garoua.

«Alors que mon père est décédé en décembre, c’est seulement en février que j’apprends la nouvelle. Je me rends donc immédiatement au bercail lorsque j’apprends la triste nouvelle. De retour au Cameroun, je fais une escale à Garoua le 15 février 2014. C’est Ousmaïla Bouba qui me propose de loger chez lui le temps de mon séjour à Garoua», raconte Abdouramane Mahamat. Séduit par tant de gentillesse, ce dernier ne refuse pas l’offre. En plus de ses effets personnels, Abdouramane Mahamat a avec lui deux coffrets contenants des objets de valeur..

Deux jours plus tard, alors qu’Abdouramane Mahamat s’apprête à poursuivre son voyage pour Douala, les deux valises ont disparu de la chambre. «C’est dans cette chambre que j’ai déposé les deux coffrets. Ils contenaient des objets de valeurs, des bijoux, des manchettes en or, des chéquiers, des diplômes et des cartes de séjour. Une des valises contenait également de l’argent d’une valeur de plus de 80.000 dollars soit 40.000.000 Fcfa. Tout a été emporté par celui-là même qui m’offrait son hospitalité», rapporte Abdouramane Mahamat, très déçu.

PIÈCES IMPORTANTES

Les premières enquêtes et témoignages révèlent très vite que son hôte Ousmaïla est le voleur et n’a pas agi seul. En complicité avec un certain Hamza Djibrilla, habitant le quartier Poumpoumré 2 et Hassana, les présumés voleurs ontt pris le temps de préparer leur coup. Après leur forfait, ils ont fondu dans la nature. «Après avoir dépossédé Abdouramane des biens de son défunt père, Hamza Djibrilla, ses complices Oumaïla Bouba et Hassana se trouveraient tantôt du côté de Yaoundé, tantôt du côté de Bertoua», explique Moussa, un proche de la victime.

À ses yeux,c’est la perte des documents, des chéquiers, des pièces personnelles et des titres fait plus mal. Ayant fait des annonces et des recherches, Abdouramane Mahamat supplie encore ses bourreaux de lui remettre ne serait-ce que les pièces emportées. «Je veux juste récupérer les documents importants que contenaient les deux mallettes. C’est tout l’héritage que notre feu père a laissé. Nous promettons une forte récompense à tous ceux qui nous aideront à les retrouver. Ces documents peuvent être déposés au commissariat, à la brigade ou à la maison de la radio.

Nous supplions les voleurs de ne pas les détruire et de les rendre à la famille », implore la victime. En attendant, Abdouramane Mahamat a porté plainte contre «X» à la brigade de recherche à Garoua.

 

camernews-visa-delsey-valise-trolley

camernews-visa-delsey-valise-trolley